Au terme d'un procès de trois jours, l'ancien directeur d'Omnisport, Roger Dubé, a été reconnu coupable d'avoir fraudé pour 30 000 dollars l'organisme Omnisport qu'il a dirigé entre 1995 et 2011.

La juge de la Cour du Québec, Andrée St-Pierre, n'a pas cru le témoignage de Roger Dubé et a relevé plusieurs « éléments étranges » dans son témoignage.

Elle a dit ne pas comprendre pourquoi l'accusé, qui était au courant d'un manque à gagner de 3000 ou 4000 dollars dans les coffres de l'organisme, n'en a jamais parlé au conseil d'administration d'Omnisport. Le véritable manque à gagner de l'organisme était alors d'un peu plus de 30 000 dollars.

Roger Dubé a affirmé qu'il avait fait un chèque de 30 000 dollars au nom d'Omnisport pour assumer ses responsabilités et ne pas salir sa réputation. Or, ce chèque n'a jamais été encaissé par l'organisme. Le conseil d'administration d'Omnisport a plutôt porté plainte à la police.

La juge Andrée St-Pierre a ajouté que sa démission, peu de temps après les événements, montre qu'il sentait la « soupe chaude ».

La décision a été rendue mercredi après-midi au palais de justice de Sept-Îles et les représentations sur la peine s'y tiendront jeudi. 

La bonne foi questionnée

Tout au long de ce procès, la bonne foi de Roger Dubé a été au coeur des échanges.

L'avocat de la défense, Charles-Henri Desrosiers, a mentionné que son client n'avait aucune expérience dans le commerce et en comptabilité avant de diriger l'organisme. Il a souligné que Roger Dubé avait posé des gestes de bonne foi et qu'il avait consacré 17 ans de sa vie à une cause qui lui tenait à coeur.

De son côté, le procureur Thierry Pagé-Fortin a rétorqué que l'accusé n'aurait pas caché le déficit s'il avait agi de bonne foi, et qu'il n'aurait pas refusé qu'une firme comptable effectue le décompte du coffre-fort.

Un texte de Vincent Larin d'après les informations d'Évelyne Côté

Plus d'articles