Retour

Samuel Beck obtient son congé de l'hôpital

Samuel Beck, transporté à l'hôpital après avoir subi une mise en échec lors du match de samedi, a rejoint ses coéquipiers de l'Océanic dimanche à Rimouski.

Un texte de Sébastien Desrosiers

Sur son compte Twitter, l'équipe confirme que Beck « va bien ». « Aux dires de [l'entraîneur-chef] Serge Beausoleil, Samuel rejoindra ses coéquipiers demain à Rimouski accompagné du physiothérapeute Maxime Provencher », a-t-on pu y lire, samedi soir.

Le principal intéressé a même publié un message de remerciements sur sa page Facebook.

La Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) n'a toujours pas précisé à quel moment le match entre l'Océanic et le Drakkar sera repris. Déjà, l'organisation de Baie-Comeau a confirmé que tous les spectateurs présents au match de samedi allaient se voir attribuer un nouveau billet pour le match reporté.

Quant à la formation rimouskoise, elle se tourne vers un autre programme double, la fin de semaine prochaine, au cours duquel elle accueille les Foreurs de Val d'Or au Colisée Financière Sun Life. Impossible de confirmer pour l'instant la date du retour au jeu de Samuel Beck.

Mise en échec légale

L'organisation de Baie-Comeau assure que, selon la LHJMQ, la mise en échec de Simon Desbiens à l'endroit de Samuel Beck était bel et bien légale.

« [Le directeur-général] Steve Ahern a invité les officiels à aller consulter la reprise dans le bureau des entraîneurs après l'incident », explique le directeur administratif du Drakkar, Serge Proulx. « Lorsqu'ils ont vu la reprise avec les deux angles, parce que les deux angles sont très importants dans cette situation-là, les officiels ont bien confirmé à ce moment-là que la mise en échec était tout à fait légale. »

M. Proulx soutient que Simon Desbiens n'a jamais eu de mauvaise intention au moment de mettre Beck en échec, ajoutant même que le joueur du Drakkar est allé rendre visite au joueur de l'Océanic à l'hôpital, samedi soir, préoccupé par la santé de celui-ci.

Avec les informations de Marlène Joseph-Blais

Plus d'articles

Commentaires