Retour

Savoir-faire gaspésien : Rail GD restaure de luxueux wagons panoramiques

Précision, minutie, amour du travail bien fait. L'entreprise Rail GD de New Richmond n'a pas droit à l'erreur. Elle s'affaire à la restauration de deux wagons de la prestigieuse compagnie Rocky Mountaineer de Vancouver, qui offre des tours de train haut de gamme dans les montagnes Rocheuses.

Un texte de Brigitte Dubé

Écouter le reportage d'Isabelle Larose, à l'émission « Au coeur du monde »

Lorsque leur cure de beauté sera terminée, les deux wagons panoramiques vaudront 7, 2 millions de dollars, selon le président directeur général de Rail GD, Gilles Babin.

La compagnie possède 16 wagons de ce type. Elle a fait confiance à Rail GD l'an dernier aussi pour la restauration de trois wagons. Elle a été satisfaite puisqu'elle a de nouveau confié ses précieuses voitures à Rail GD cette année.

Le projet donne du travail à 25 personnes. Leur mandat est, entre autres, de refaire la finition intérieure. « Des escaliers en colimaçon qui ne tournent pas du bon côté doivent être refaits pour les faire tourner de l'autre côté. Il y a de la modification de structure, le système électrique qui doit être mis à jour », explique la chargée de projet Linda Ritchie.

Il faut aussi changer le recouvrement de planchers et le revêtement des murs, installer de nouvelles banquettes et un élévateur pour personnes mobilité réduite.
Chaque voiture est équipée de sa propre cuisine qui a besoin de nombreuses modifications, dont un nouveau système de ventilation.

Selon M. Babin, en plus des emplois, un tel projet génère des retombées économiques pour la région en sous-traitance. Toutefois, la compagnie fait affaire avec des fournisseurs au Québec, au Canada, aux États-Unis et ailleurs dans le monde. Par exemple, les composantes électriques viennent d'Israël, les tapis d'Angleterre et les sièges du deuxième niveau, de République tchèque.

L'ébénisterie est aussi un aspect important de ce travail. Les matériaux haut de gamme utilisés pour la fabrication de meubles exigent beaucoup de précautions.

Fin février, des wagons qui sentiront le neuf sortiront de l'atelier de Rail GD. D'ici, là des représentants de la compagnie le visiteront aux six semaines pour contrôler la qualité du travail.

Ces artisans gaspésiens n'ont pas droit à l'erreur.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine