Retour

Selon Jean D'Amour, le projet de rampe de transroulage de Cacouna n'est pas mort

Le ministre responsable du Bas-Saint-Laurent, Jean D'Amour assure que le projet de rampe de transroulage au port de Cacouna n'est pas mort. Selon lui, le manque d'intérêt des entreprises n'est pas étranger à la question de la protection des bélugas.

Un texte de Brigitte Dubé avec les informations d' Ariane Perron Langlois

Vendredi, la corporation du port de mer confirmait qu'aucun armateur n'était intéressé à s'installer à Cacouna pour offrir ce service. Une nouvelle déception pour ceux qui espéraient voir un développement du port de Gros-Cacouna.

Cette rampe, un projet de 20 millions de dollars, aurait permis de charger et décharger des remorques de camions à bord de bateaux.

Jean D'Amour refuse de parler d'un projet qui tombe à l'eau.

Il compte commander une étude indépendante. « Il faut aller chercher l'avis d'experts de scientifiques qui nous montrera si la cohabitation avec les bélugas est possible et de quelle façon on peut faire du développement dans le respect de l'espèce. »

Le ministre s'attend à des orientations, des moyens conditions de navigation favorisant la cohabitation.

Selon Jean D'Amour, des gens s'intéressent à la zone industrialo-portuaire de Cacouna avec des projets différents, qui n'ont pas nécessairement besoin du port de mer. « D'autres projets peuvent être envisagés, confirme-t-il. Cacouna n'est pas devant rien. »

De son côté, la mairesse de Cacouna, Ghislaine Daris, a refusé de commenter ce nouveau report du projet.

Plus d'articles