Les ambitions de l'haltérophile de Sainte-Anne-des-Monts Simon Pratte sont simples. Il veut être le meilleur.

Un texte de Richard Lavoie

Pour réussir ce tour de force, l'athlète qui fréquente le cégep de Rimouski doit ingurgiter de 6 à 7 repas par jour bien calibrés. Il s'entraîne fort. Chaque entraînement est d'une durée de trois heures.

Ce régime de vie rapporte des dividendes. Simon est actuellement classé deuxième junior au pays. Il aligne des performances spectaculaires avec des levées de 139 kg à l'arraché et de 165 kg à l'épaulé-jeté.

Dans les prochaines semaines, il prévoit concentrer toute son énergie à la préparation des Championnats canadiens junior qui se tiendront en janvier 2016.

Tout est dans les gènes

Simon Pratte est convaincu aussi que la génétique joue un grand rôle dans sa réussite comme haltérophile. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si cette discipline est pratiquée par deux de ses cousins également.

« Mon père c'est un ours. C'est une machine avec des grandes mains », explique-t-il. Une vraie affaire de famille quoi!

Sa force, il la tient aussi de son grand-père, un autre géant à la carrure impressionnante qui est disparu, mais qui lui a laissé un héritage génétique qu'il exploite avec succès.

Plus d'articles

Commentaires