Retour

Sirop d'érable : un producteur de Pohénégamook s'élève contre le monopole de la Fédération

Le rapport Gagné sur l'acériculture continue de faire des vagues entre les producteurs de sirop d'érable qui ne s'entendent pas sur les recommandations. Certains tiennent à la gestion par quotas, d'autres comme Jean-Paul Bolduc veulent la fin de la mainmise de la Fédération des producteurs acéricoles du Québec sur le marché et la vente.

Au Bas-Saint-Laurent, le syndicat des producteurs acéricoles soutient que la majorité des producteurs s'oppose à ce rapport. Jean-Paul Bolduc, qui possède une érablière depuis 40 ans à Pohénégamook, n'est pas du tout d'accord.

Le propriétaire de l'érablière JPB est en conflit avec la Fédération depuis 10 ans. L'organisme l'accuse de vendre du sirop d'érable sur le marché noir.

En 2006, le producteur relève d'un accident et produit, dit-il, sept ou huit barils pour lui et sa famille. La Fédération lui a facturé cette production en surplus. Il soutient qu'il n'est pas seul à s'opposer à cette manière de faire.

« J'ai vu des gars qui ont produit 15 à 20 gallons et qui ont été poursuivis par la Fédération », affirme l'acériculteur qui se sent bien isolé. « Je suis le seul à date, dit-il, à m'être prononcé anti-fédération. Les autres ont tous peur de perdre leur quota, ou d'être trainés en cour. C'est une dictature, c'est un monopole! »

La Fédération indique qu'elle ne fait que faire respecter les lois et qu'il dispose de l'appui des acériculteurs du Bas-Saint-Laurent. La présidente du Syndicat des producteurs acéricoles du Bas-Saint-Laurent-Gaspésie, Sylvie Laliberté, souligne que le sirop d'érable génère des revenus de 71 millions par année pour la Gaspésie et le Bas-SAint-Laurent.

De son côté, Jean-Paul Bolduc entend continuer sa production malgré les poursuites. « Qu'ils m'emmènent devant la cour, je suis capable de me défendre. Je me suis défendu pendant 10 ans, ça m'a couté plusieurs milliers de dollars, mais ça ne me dérange pas », lance le producteur.

Il espère toutefois que les recommandations du rapport Gagné seront mises en oeuvre par le gouvernement du Québec.

Plus d'articles