Retour

Sleig à Rimouski : le copropriétaire de la P'tite Grenouille appelle au calme

Jimmy Guimond Corriveau, le copropriétaire du bar qui accueille le spectacle du rappeur Sleig samedi soir, s'est prononcé longuement sur Facebook mardi soir pour appeler à une discussion dans le respect.

Un texte de Laurence Gallant

Le chanteur hip-hop, auquel on attribue des propos misogynes, racistes et homophobes, prévoit donner une prestation samedi soir au bar La P'tite Grenouille. Comme plusieurs des fans de Sleig, le copropriétaire affirme que le chanteur affiche un personnage, que les propos de ses chansons doivent être pris avec humour et de surcroît, peuvent servir à la sensibilisation :

Après avoir demandé en vain au propriétaire du bar d'annuler le spectacle, des gens mécontents s'étaient organisés pour dénoncer la venue de Sleig à Rimouski. La publication d'une lettre ouverte par un groupe citoyen contre la prestation de l'auteur-compositeur-interprète suscite depuis lundi toute une controverse sur les réseaux sociaux.

Le mouvement de protestation a suscité plusieurs commentaires haineux sur Facebook, ce que déplore une des signataires de la lettre ouverte, Catherine Paradis.

Manifestation annulée

Un sit-in devait d'ailleurs avoir lieu samedi soir sur la rue Saint-Germain pour dénoncer la venue de l'auteur-compositeur-interprète Sleig, à Rimouski, mais il a été annulé par la suite mardi soir. Les organisateurs étaient inquiets de la sécurité des manifestants potentiels en raison de l'escalade de propos haineux écrits sur la page de l'évènement, sur Facebook.

De son côté, l'artiste, sur sa page personnelle du réseau social, se présente comme « un personnage controversé » et « un homme non-misogyne et non-homophobe ». Radio-Canada est en attente de sa réaction sur les dénonciations dont il fait l'objet.

Le maire Éric Forest et le député Harold Lebel réagissent

Le maire Éric Forest s'est prononcé mercredi midi, sur son compte Facebook, pour appeler à la vigilance et au respect. Il précise que Rimouski ne peut interdire à un artiste de donner un spectacle dans un endroit privé, comme c'est le cas pour l'artiste Sleig. « Je trouve important de rappeler que c'est la responsabilité de chacune et chacun de mettre en application les valeurs mises de l'avant par la Ville pour que Rimouski demeure un milieu de vie de qualité », mentionne-t-il.

Depuis la diffusion de la lettre ouverte, le Mouvement d'aide, d'information et de soutien, Mains Bas-Saint-Laurent et le député de Rimouski-Neigette, Harold Lebel, ont aussi joint leur voix pour dénoncer la situation.

« Je tiens à vous dire - comme beaucoup de citoyennes et citoyens - que je dénonce les propos sexistes que tient l'artiste et qui incitent à la violence sexuelle. Nous ne pouvons plus tolérer la banalisation de la culture du viol et il faut cesser cette violence dont les femmes sont victimes tous les jours », écrit Harold Lebel dans un communiqué.

Plus d'articles

Commentaires