Retour

Soccer : un centre de développement pour les jeunes de la Haute-Gaspésie

Un centre de développement en soccer vient d'ouvrir ses portes à Sainte-Anne-des-Monts pour les jeunes de 8 à 12 ans.

Un texte de Joane Bérubé

L’invitation a été lancée à tous les jeunes de la région comprise entre Les Méchins et Grande-Vallée, en passant par Murdochville. Un centre similaire ouvrira ses portes à Gaspé.

La formule est proposée par l’Association régionale de soccer de l’Est du Québec, qui conseille et soutient les clubs pour qu’il puisse mettre en place ce type de centre.

Le président du club de soccer de la Haute-Gaspésie, Guillaume Gasse, explique que les jeunes de la région pourront ainsi avoir accès à un soccer de qualité durant toute l’année.

Les jeunes pourront y développer leurs techniques et améliorer leur jeu. Les plus talentueux seront appelés à participer aux entrainements régionaux en vue des Jeux du Québec, qui, au soccer, commencent à 13 ans. « C’est pour cela que l’on cible les 8 à 12 ans », explique Guillaume Gasse.

« Le potentiel, ils l’ont », assure le président du club de soccer de la Haute-Gaspésie.

Le club a embauché un nouvel entraineur, André Thomas, pour diriger le centre. Il s’agit d’un entraineur d’expérience, qui a travaillé à ce titre 18 ans en France, mais qui a aussi pu partager son savoir avec des équipes québécoises de différents niveaux.

M. Thomas a notamment été directeur technique à Trois-Rivières. « Il est installé à Matane pour quelques années, explique Guillaume Gasse, il fera la route jusqu’à Sainte-Anne-des-Monts pour développer le soccer. »

Le président du club de soccer de la Haute-Gaspésie, initiateur de ce centre, Guillaume Gasse, rappelle que malgré le sérieux des entrainements, la formule reste basée sur le plaisir et le jeu. « C’est aussi pour développer la piqûre envers le sport », ajoute-t-il.

La période d’inscription s’est terminée vendredi dernier. Jusqu’à maintenant, 42 jeunes, dont seulement six filles, ont répondu à l’invitation du club. « Il y a des jeunes de partout, de Méchins, de Grande-Vallée. On n’en a pas de Murdochville, précise M. Gasse, mais on reste ouvert aux retardataires. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine