Retour

Sortir les aînés de l'isolement, un repas à la fois

Les conversations sont animées, alors que 35 aînés et bénévoles partagent un repas de Noël dans un hôtel de Rimouski. L'événement, organisé par l'organisme Les Petits Frères, était l'occasion d'amener un peu de joie à des aînés isolés de la région.

Un texte d’Ariane Perron-Langlois

À une des tables, Marguerite Fournier et la bénévole Alice Gagné échangent quelques plaisanteries. Elles sont complices, parce qu'elles sont jumelées depuis maintenant trois ans.

« C’est très précieux pour moi, parce que je n’ai pas de famille ici à Rimouski. Depuis que j'ai ma compagne, je suis très heureuse d'avoir sa compagnie, on joue aux cartes, on a du plaisir ensemble! », raconte Mme Fournier.

Elle me parle un peu de ses problèmes, et je lui parle des miens aussi. Ça m'apporte autant à moi qu'à elle, je suis sûre!

Alice Gagné, bénévole pour l’organisme les Petits frères de Rimouski

Transmettre aux plus jeunes

Un peu plus loin, la bénévole Annie Chouinard vit son premier brunch de Noël avec les Petits Frères. Elle a amené ses enfants pour qu'ils partagent le repas avec les aînés.

« C'est des enfants que j'essaye d'amener à voir les choses autrement, pas juste les biens matériels. On a la chance d'avoir une famille, on a la chance d'être en santé, et c'est ce que je veux leur transmettre », explique Mme Chouinard.

La présence des deux enfants autour de la table fait sourire la dame qu'elle accompagne pour la journée, Janine Marion. « Ça me fait penser à ma famille, parce que nous étions une grosse famille. Maintenant, il ne reste que deux personnes : moi, et une de mes sœurs qui est à Montréal », dit-elle.

La coordonnatrice des Petits Frères à Rimouski, Jeannine Desmarais, aimerait créer davantage de jumelages comme ceux-ci. Toutefois, elle reconnaît que le plus grand défi de son organisme est de recruter de nouveaux bénévoles.

« Quand un bénévole arrive dans nos rangs, il adopte, si on veut, une personne âgée, et ça c'est pendant toute la vie de la personne, peu importe sa condition, peu importe où elle va se retrouver. Si elle est à l'hôpital, elle va avoir des visites. En fin de vie également », explique-t-elle.

À l’heure actuelle, l’organisme compte près de 50 bénévoles à Rimouski.

Plus d'articles

Commentaires