Retour

Stanley Vollant entame sa marche à Cacouna pour les conditions autochtones

À Cacouna, le médecin innu originaire de Pessamit, Stanley Vollant, a repris lundi après-midi sa marche de 6000 km, en compagnie d'une trentaine de marcheurs.

L'objectif de la marche est d'attirer l'attention sur les problèmes que vivent les Premières Nations, notamment sur le taux élevé de suicide et de décrochage scolaire. Le médecin entame donc une marche de 240 km entre la communauté malécite de Cacouna et celle huronne-wendate de Wendake.

Un message d'espoir

La démarche a été entreprise il y a six ans, mais la cause est toujours d'actualité, selon Stanley Vollant.

Cette marche veut d'abord véhiculer un message d'espoir pour les jeunes autochtones, malgré les suicides qui se multiplient à Attawapiskat et les relations difficiles entre plusieurs communautés autochtones et les forces policières.


L'instigateur de la marche constate davantage d'ouverture sur le plan politique pour aider les autochtones, notamment avec l'élection du gouvernement Trudeau. La ministre provinciale déléguée à la Protection de la jeunesse Lucie Charlebois participe d'ailleurs à la marche aujourd'hui.

Le périple de 240 km doit se terminer par un grand rassemblement devant l'Assemblée nationale le 28 avril prochain.

Depuis 2010, Stanley Vollant, premier chirurgien autochtone au Québec, poursuit son projet Innu Meshkenu, son chemin innu, de 6000 km de marche qu'il a entamé en 2010 à travers les communautés autochtones au Canada.

D'après les informations de Julie Tremblay.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine