Retour

Succession de Mulcair : une reconstruction s'impose, dit l'ancien conseiller de Jack Layton

Un long processus de reconstruction s'impose pour renouveler le Nouveau Parti démocratique (NPD). C'est ce que soutient l'ancien conseiller spécial québécois de Jack Layton, Pierre Ducasse, au lendemain du vote de confiance du parti qui a poussé le chef Thomas Mulcair vers la sortie.

Un texte de Charles Alexandre Tisseyre

Pierre Ducasse affirme qu'il a été surpris de voir l'ampleur du désaveu du parti à Thomas Mulcair lors du congrès tenu à Edmonton. « Que ce soit les gens qui l'appuyaient ou non, il n'y a pas de doute que c'était une surprise », dit-il.

Il soutient que la défaite électorale en 2015 a pesé « très lourdement » dans la balance. Malgré tout, la députation québécoise du NPD à la Chambre des communes demeure forte, selon lui.

Le Septilien d'origine estime que le prochain chef de la formation politique devra être « sensible à la réalité québécoise », sans nécessairement provenir du Québec.

« Je vais surtout regarder l'orientation idéologique et la volonté de la personne de renouveler le parti », précise celui qui a été candidat à la direction du NPD en 2003.

Le Nouveau Parti démocratique a toujours sa place au Québec, plaide-t-il par ailleurs.

Il ajoute qu'il est « fort improbable » qu'il se présente à la course à la direction. Pierre Ducasse a défendu les couleurs du parti à quatre reprises dans le passé, dont trois fois dans la circonscription de Manicouagan, en 1997, 2004 et 2006.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine