Retour

Succession de Thomas Mulcair : Guy Caron refuse de dire s'il se lancera dans la course

Le seul député néo-démocrate dans l'Est du Québec, Guy Caron, refuse de confirmer s'il sera candidat ou non dans la course à la direction du Nouveau Parti démocratique (NPD).

Un texte d'Ariane Perron-Langlois

« C'est le genre de question à laquelle je ne réponds pas », soutient M. Caron, qui est également porte-parole de son parti en matière de finances.

« Le résultat est tout chaud présentement, ajoute Guy Caron. On va digérer le résultat, on va s'assurer de pouvoir se rencontrer comme caucus en vue de ce débat important. Deux ans, c'est une longue période de temps. On a bien du temps pour en débattre et en discuter. »

« La convention du NPD à Edmonton vient de se conclure. Il y a du travail au-devant de nous sur des dossiers majeurs sur lesquels nous devons poursuivre nos action, tel que sur l'assurance-emploi. La question entourant la chefferie sera résolue en cours de route et pour se faire, un exercice de réflexion collective se mettra en marche. Il est donc prématuré de sauter à toute conclusion sur ce sujet », a écrit le député lundi sur sa page Facebook.

Le député de Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les Basques est surpris et déçu du désaveu de Thomas Mulcair par les délégués du NPD. Lors du congrès du parti, qui se tenait à Edmonton cette fin de semaine, les délégués ont voté dans une proportion de 52 % pour une course à la direction dans deux ans.

Un autre chef québécois pour le NPD?

L'analyste politique Jean-Claude Simard souligne qu'il est encore tôt pour se prononcer sur les éventuelles chances de Guy Caron de se présenter, ou encore de remporter la course à la direction du NPD.

M. Simard croit que Guy Caron jouit d'une bonne crédibilité au sein de son parti en raison de son rôle de porte-parole en matière de finances. Il rappelle toutefois qu'il est associé au chef sortant. « Ce qui pourrait lui nuire, croit l'analyste politique, c'est qu'il était très proche de Thomas Mulcair. En général, ses positions étaient calquées sur celles de M. Mulcair et il l'a défendu. »

Marcel Marsolais, enseignant en science politique au Cégep de Baie-Comeau, soutient de son côté qu'il est difficile, pour l'instant, de voir quels candidats pourraient se démarquer dans la course à la direction du parti.

« C'est un parti qui pourrait choisir l'alternance politique, propose M. Marsolais. M. Mulcair venait du comté d'Outremont, donc du Québec. Vous savez, le gros des députés du NPD se trouve en Ontario. Peut-être qu'on va choisir une personnalité plus proche de ce qui se passe en Ontario. »

Plus d'articles

Commentaires