Les températures froides et pluvieuses de l'été nuisent de manière significative aux récoltes de miel en Gaspésie et au Bas-Saint-Laurent. Bien que les récoltes finales ne doivent prendre fin qu'à la mi-septembre, des apiculteurs confirment déjà que leurs revenus pourraient en subir les conséquences.

Un texte de Laurence Gallant

L'apiculteur John Forest, de Maria, n'a pu récupérer que 30 % de sa production par rapport à l'an dernier. Selon lui, la température froide et les changements en agriculture en sont la cause. Il devra composer avec des pertes de 100 000 dollars cet été, à moins que le mercure ne demeure élevé durant le mois de septembre.

Mireille Lechasseur, apicultrice au Château Blanc, parle d'un été en dents de scie :

Au Vieux Moulin de Sainte-Flavie, l'apiculteur Nicolas Tremblay confirme aussi un retard dans les récoltes. Les abeilles ne volent pas sous la pluie, et les matins froids de l'été ont ralenti les activités des abeilles butineuses.

Les choix des agriculteurs aussi en cause

Les apiculteurs ajoutent qu'en plus de la météo, les choix de production des agriculteurs avoisinants ont aussi des répercussions importantes sur la récolte de miel.

Depuis quelques années, Mireille Lechasseur remarque de son côté que les agriculteurs sèment davantage de céréales, au détriment des fourrages. Ces changements ont également des répercussions négatives sur la production de miel.

Plus d'articles

Commentaires