Retour

Textos à l'étranger : Telus se défend d'avoir abusé des consommateurs

La compagnie Telus, qui fait face à un recours collectif de la part d'abonnés cellulaires, se défend d'avoir abusé des consommateurs en facturant la réception de messages textes alors qu'ils se trouvaient à l'extérieur du pays.

Une abonnée cellulaire de Montréal, Marie-Andrée Parent, a dû payer une facture de 81,60 $ pour 136 textos reçus aux États-Unis, en septembre 2012. Or, elle considère que ce sont des frais abusifs et que, comme dans le cas d'un envoi postal, celui qui reçoit un message ne devrait pas être obligé de payer puisque le coût d'envoi a déjà été payé.

Fait à signaler, le reste de l'industrie des services sans-fil ne facturait pas ce service à leur clientèle.

Mme Parent estime à une centaine de milliers le nombre d'abonnés qui ont vécu la même expérience. Elle a ainsi déposé une requête à la Cour supérieure afin d'intenter un recours collectif contre Telus pour exiger le remboursement des frais perçus depuis 2012, en plus du paiement de dommages punitifs de 75 $ par abonné.

Telus croit pourtant que les frais de 0,60 $ facturés à ses abonnés pour chacun des messages textes reçus à l'étranger étaient justifiés. « Le coût dont il est question reflétait les frais associés à l'offre de ce service à l'époque qui étaient basés sur des ententes négociées avec des fournisseurs de partout dans le monde », lit-on dans un courriel envoyé à Radio-Canada.

Le géant des télécommunications affirme avoir depuis ajouté une nouvelle technologie qui a permis de retirer ces frais et même de réduire l'ensemble des coûts des textos expédiés à l'étranger.

Telus rappelle également que tous ses clients qui voyageaient à l'extérieur du pays étaient informés des règles de facturation pour les textos entrants et que les frais totaux ne pouvaient atteindre plus de 100 $.

D'après les informations de Paul Huot

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards