Retour

Tim Sergerie acquitté : personne ne l'a vu voler du matériel sur le chantier de l'ancienne Gaspésia

Timmy Sergerie a été acquitté mardi matin, par le juge Denis Paradis, au Palais de Justice de Percé. L'homme de 37 ans, résident de l'Ontario, était soupçonné de vol de matériel de près d'un million de dollars, lors du démantèlement de l'ancienne usine Gaspésia à Chandler, entre 2009 et 2011.

Un texte de Jean-François Deschênes

Le juge Paradis ne retient pas entièrement la version de l'accusé, « mais placé dans l'ensemble de cette preuve complexe, contradictoire, où des intérêts s'entrechoquent et où des versions subissent de profondes mutations, il demeure un doute raisonnable », écrit-il.

Le juge termine son jugement en écrivant que « Tim Sergerie participe probablement à des activités qui ne sont pas très glorieuses. Mais le présent tribunal n'est pas un tribunal civil qui détermine qui [...] vend du cuivre qui ne leur appartient pas. »

Sur le chantier, il ajoute qu'il y a des mésententes. Les entreprises ne remplissent entièrement pas leur contrat, selon lui. « Tout ce beau monde se retrouve devant un tribunal civil où se règlent des différends », écrit-il.

Il écrit aussi que « personne ne voit l'accusé quitter le chantier avec du cuivre ou d'autres métaux » qui ne lui appartient pas, et ajoute que les témoignages souffrent « d'un grand déficit de crédibilité ». Trois témoins, selon lui, « modifient leur version à différent degré. [...] Leur version est plus souple et plus adaptée aux accusations une fois qu'ils savent ou qu'ils comprennent qu'aucune accusation ne sera portée contre eux. »

L'homme originaire de l'Ontario a donc été acquitté des deux chefs d'accusation.

Lors de son procès, le président de la firme Démontage de Machinerie International [DMI] avait expliqué que les conteneurs remplis de matériel étaient scellés avec un rigoureux système d'identification, et qu'il lui aurait été impossible de voler quoi que ce soit.

La Sûreté du Québec, la police provinciale de l'Ontario et la police municipale de Cornwall avaient pris part à l'enquête qui s'est échelonnée sur près d'un an.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine