Retour

Transport de pétrole par train : le ton monte au conseil municipal de Rimouski

Pendant près d'une heure, huit citoyens, appuyés par une vingtaine d'autres dans la salle, ont remis en question la justesse de la démarche entreprise par l'administration municipale sur la question du transport de pétrole par train.

Un texte de Laurence Gallant

Le ton a monté à quelques reprises lors de la séance du conseil municipal de lundi soir entre le maire de Rimouski, Éric Forest, et ces citoyens qui lui reprochaient de ne pas en faire assez dans ce dossier.

Ces citoyens estiment que la ville doit en faire plus que simplement demander la tenue d'audiences du BAPE sur le projet de terminal pétrolier à Belledune. L'un d'eux a cité la position du président des États-Unis Barack Obama sur les changements climatiques et le prochain Sommet de Paris sur la question pour inviter les élus rimouskois à dire carrément non à ce projet.

Éric Forest a rappelé que les villes ont peu de pouvoir dans ce domaine. Selon lui, il faut plutôt miser sur les efforts de persuasion. Il a ajouté que la demande de sa ville pour une audience du BAPE sera prochainement appuyée par d'autres municipalités et organismes. « Il y a même des chambres de commerce qui appuient notre résolution. On est très conscients à plusieurs niveaux de l'insécurité et de l'inquiétude que ce projet-là génère. Et on dit au gouvernement : "éclairez-nous" et faites un BAPE, qu'on mette l'ensemble des éléments sur la table et qu'on prenne une décision par la suite », se défend-il.

Le conseil municipal a par ailleurs modifié légèrement la résolution adoptée la semaine dernière sur ce sujet, car elle associait injustement la compagnie TransCanada au projet de Chaleur Terminals.

D'après les informations de Denis Leduc.

Plus d'articles

Commentaires