Retour

Trop peu d'argent pour l'entretien des chemins municipaux

La Fédération québécoise des municipalités (FQM) dénonce l'inaction gouvernementale quant à l'entretien des chemins municipaux. Les maires des petites municipalités affirment qu'ils n'ont plus les moyens d'entretenir leurs routes.

Selon la FQM, l'enveloppe dédiée à la réparation de ces routes est demeurée la même depuis 25 ans, soit 87 millions de dollars par année. Une simple indexation aurait fait grimper cette somme à 127 millions.

Les chemins à double vocation négligés

La FQM demande aussi de rehausser le programme d'entretien des chemins à double vocation, c'est-à-dire les routes utilisées par le transport lourd, dont l'enveloppe totale n'est que de 700 000 $ annuellement pour tout le Québec, selon l'organisation municipale.

Le maire d'Albertville, Martin Landry, précise que ce qu'il reste pour sa municipalité ne permet pas de réparer grand-chose.

« On parle de 832 $ du kilomètre admissible, c'est bien étonnant, évalue-t-il. En comparatif, la municipalité d'Albertville a environ 10 kilomètres sur lesquels les transports lourds circulent et seulement quatre sont admissibles au programme, ce qui fait environ 3200 $ par année. »

Il y aurait entre 150 et 200 cas comme celui d'Albertville.

M. Landry estime que ces sommes sont « très, très minimes ».

D'après les informations de Michel-Félix Tremblay

Plus d'articles