Retour

Un ambulancier souhaite davantage de véhicules à Rimouski

Un ambulancier de Rimouski, Marc-Olivier Plante affirme que les ressources sont actuellement insuffisantes et qu'il y a des périodes où une seule ambulance est disponible sur le territoire de la ville de Rimouski.

Un texte de Richard Lavoie

Marc-Olivier Plante affirme qu'il n'est pas rare que les services préhospitaliers soient à découvert dans la région de Rimouski.

« On fait souvent des transferts vers Québec. Des fois on fait aussi des retours de patients en Gaspésie. Des transferts on peut en faire jusqu’à Montréal », explique l’ambulancier.

Selon lui, il est clair qu’il faudrait davantage d’ambulances et davantage de paramédics.

« Si un accident grave nécessitant 2 ambulances survient durant ces périodes vulnérables, on doit fait appel à une ambulance de Mont-Joli s’il y en a une de disponible. Sinon on fait appel à Saint-Fabien », précise M. Plante.

À Trois-Pistoles aussi

Selon Marc Olivier Plante, la situation est aussi préoccupante dans le secteur de Trois-Pistoles où les ambulances doivent régulièrement transférer des patients vers Rimouski ou Rivière-du-Loup.

« Donc c’est Saint-Cyprien ou Saint-Fabien ou Rivière-du-Loup qui s’en va en relève », affirme l’ambulancier.

Les horaires de faction

Les ambulanciers qui sont actuellement en négociations de leurs conditions de travail avec le gouvernement du Québec réclament la fin des horaires de faction.

Selon eux cette façon de travailler qui les oblige à être disponibles 24 heures par jour, 7 jours sur 7 est dépassée.

Selon Marc-Olivier Plante, les horaires de faction sont aussi dangereux pour le patient puisqu’ils retardent l’intervention. « Malheureusement, les minutes qu’on pourrait gagner en ayant des horaires à l’heure, on les perd avec les horaires de faction ».

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine