Retour

Un an de stratégie maritime : le meilleur est à venir, selon le ministre D'Amour

Le ministre délégué aux Affaires maritimes, Jean D'Amour, estime que la Stratégie maritime de son gouvernement est en train de devenir un projet de société pour l'ensemble du Québec. Le ministre a tenu ce discours alors qu'il commentait  le premier anniversaire, mercredi, du lancement officiel de cette stratégie.

Un texte de Richard Lavoie avec la collaboration de Denis Leduc

Pour Jean D'Amour, il faut voir cette stratégie comme un tout qui englobe autant l'économie, l'environnement que les arts.

« Le fait de prendre en considération maintenant toute l'importance économique du Saint-Laurent, globalement... je vous dirais, la plus belle réalisation, c'est celle-là. L'intention de développer le Saint-Laurent dans le respect de l'environnement.  La mobilisation qu'on a créée dans l'industrie, car aujourd'hui l'industrie se parle. La plus belle réalisation, elle est là », de plaider le ministre.                        

Selon le ministre D'Amour, la Stratégie maritime a permis, en un an, l'annonce de 65 projets pour des investissements globaux de 875 millions de dollars par les 3 paliers de gouvernement et le secteur privé.

« On parle de l'industrie des croisières. Montréal a été le théâtre d'un investissement majeur. Ça permet la réalisation d'un projet de 80 millions de dollars pour un terminal de croisières. Il y a un projet en réflexion de cette nature-là du côté de Québec », précise le député de Rivière-du-Loup-Témiscouata.

En ce sens, il rejette les critiques de l'opposition qui a déjà qualifié cette stratégie de fourre-tout.

Critiques sévères

La porte-parole de l'Opposition officielle pour ce dossier, la députée de Vachon, Martine Ouellet, est cinglante quand elle parle de la Stratégie maritime du gouvernement Couillard. Pour elle, cette stratégie s'apparente davantage à une stratégie touristique qu'à un véritable plan de développement maritime.

À cet égard, elle cite l'incapacité de Québec à présenter un projet pour développer le port de Cacouna ou encore les problèmes de fonctionnement du traversier F.-A.  Gauthier. La députée cite également la fermeture de la jetée Ouest du Port de Rimouski comme d'une autre démonstration des faiblesses de la Stratégie maritime du gouvernement.

Un avenir prometteur à Rimouski

À Rimouski, le milieu maritime se montre généralement satisfait de la première année de la Stratégie maritime, mais attend avec impatience la concrétisation de certains engagements, notamment la réfection de la jetée Ouest du Port de Rimouski.

Parmi les gains, la directrice générale de la Technopole maritime, Noémie Giguère, note la consolidation de la vocation de l'UQAR comme centre de recherche maritime et sa désignation comme coordonnateur du nouveau « Réseau Québec maritime ». Elle souligne que l'université a aussi été désignée comme siège du futur Institut maritime France-Québec.

Autrement, Noémie Giguère constate que la Stratégie maritime du gouvernement suscite l'intérêt aux États-Unis et même en Europe.

« Les autres pays sont intéressés à nous suivre et intéressés à collaborer avec nous », dit-elle.

La Stratégie maritime a été officiellement lancée il y a un an par le Premier ministre Couillard avec la promesse de créer 30 000 nouveaux emplois d'ici 2030.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine