Retour

Un bris cause le report d'une centaine de mammographies en Basse-Côte-Nord

Une centaine de mammographies de dépistage ont dû être annulées, en Basse-Côte-Nord, cet automne, en raison d'un bris dans l'unité mobile qui a été transportée à Blanc-Sablon à bord du navire Bella-Desgagnés.

Des professionnels de la santé et des patientes venues passer une mammographie à Blanc-Sablon ont eu toute une surprise cet automne. De la fumée a commencé à s'échapper de l'appareil pendant une série d'examens de dépistage du cancer du sein.

« Quand on a eu fait environ 28 [examens], l'appareil a brisé donc on a dû cesser la clinique, envoyer l'appareil se faire réparer aux États-Unis. Il y a eu des délais aux douanes », explique la directrice adjointe aux services professionnels et enseignement universitaire du Centre intégré de santé et de services sociaux de la Côte-Nord, Lise Boivin.

Cette unité mobile visite la Basse-Côte-Nord une seule fois chaque année. Comme l'appareil n'est toujours pas fonctionnel, la clinique de dépistage annuelle pourrait être annulée et remise à l'automne prochain.

« Si on ne peut pas y retourner cette année et qu'on doit reporter toutes les dames à l'année prochaine, on va rester en Basse-Côte-Nord, à Blanc-Sablon, le temps requis pour passer toutes les dames », assure Lise Boivin.

Une situation stressante

Ce report des mammographies crée de l'incertitude chez les patientes, indique le maire de Gros-Mécatina, Randy Jones, est aussi membre du comité des usagers du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) en Basse-Côte-Nord.

« C'est très stressant pour les gens de savoir qu'à cause d'une machine brisée, tout est cancellé », indique-t-il.

Je sais que mon épouse est stressée. Il y a trois cas de cancer du sein dans sa famille, il faut qu'elle soit vue à tous les deux ans. D'être annulé encore ce n'est pas correct.

Randy Jones, maire de Gros-Mécatina

« Dès qu'il y a un indice ou une suspicion clinique, le médecin réfère la dame et on n'attend pas la venue de l'unité mobile. Quand il y a urgence de procéder à des examens d'investigation, les dames sont référées à l'extérieur de la région », explique de son côté Lise Boivin.

Si l'unité mobile est seulement de retour à Blanc-Sablon l'an prochain, les femmes qui ont une prescription d'un médecin pourront passer une mammographie d'urgence à Sept-Îles ou ailleurs au Québec.

Un texte de Vincent Larin avec les informations de Marlène Joseph-Blais

Plus d'articles