Le pêcheur de crevettes, Yan Bourdages de Petit-Cap, a effectué une pêche plutôt inusitée vendredi dernier en remontant un camion dans ses filets.

Contrairement à la croyance, il n'est pas fréquent qu'un chalutier remonte des objets du fond des mers. Parfois un morceau d'épave, mais c'est plutôt rare, indique Yan Bourdages.

Qu'en plus cette pièce soit un camion, c'est surprenant, admet le pêcheur de crevette. « Normalement, explique M. Bourdages, une pièce de cette grosseur, soit que ça décroche ou que ça déchire le chalut parce que ça passe au travers. Là, il a accroché ce qu'on appelle le bicycle, qui est une chaine qui traine au fond et il est resté bien accroché. On a dû le touer jusqu'au quai. »

Il a fallu 21 heures au pêcheur pour remorquer sa prise. Une grue et un plongeur ont été requis pour dépêtrer le camion et le sortir de l'eau. Une opération de quatre heures.

L'anecdote si elle parait cocasse aurait pu coûter cher à M. Bourdages qui aurait pu perdre ses deux chaluts et une grande partie de son équipement.

Selon Yan Bourdages, le camion serait tombé d'un navire lors d'une tempête, il y a quelques années. « C'est ce qu'on me dit, mais je ne peux pas confirmer », indique-t-il.

La question de l'origine du camion est maintenant entre les mains de la Garde côtière et de la Sûreté du Québec.  

Quant à M. Bourdages, il espère bien la prochaine fois ne ramener que des crevettes. 

Plus d'articles

Commentaires