Retour

Un compteur de saumons automatisé testé sur la rivière Matane

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs a choisi la rivière Matane pour tester un nouveau système pour compter des saumons. Avec sa passe migratoire, qui permet de dénombrer les saumons qui montent, la rivière Matane est idéale pour vérifier la fiabilité du système.

Au Québec, plusieurs rivières à saumon ne possèdent toujours pas de système pour évaluer le nombre de saumons géniteurs qui remontent chaque année pour se reproduire. Afin de mieux connaître l'état des stocks, le ministère évalue la possibilité de se doter de compteurs automatisés.

« On a installé un compteur laser automatisé avec une caméra qui nous permette de voir les saumons passer, de les compter, de les mesurer », explique Jérôme Doucet Caron, biologiste au ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs.

Un appareil similaire a déjà été testé sur la rivière Petit-Saguenay. Développée par l'entreprise WSP, cette technologie pourrait permettre au ministère de mieux évaluer le nombre de saumons dans nos rivières.

Actuellement, une douzaine de rivières ont des passes migratoires, précise le biologiste.

Les rivières de l’Est en bonne condition jusqu’ici

Par ailleurs, les rivières à saumon de l'Est du Québec se portent bien actuellement. La qualité de l'eau est bonne et les frayères sont nombreuses.

À Matane, déjà 530 saumons ont remonté la rivière. Les pêcheurs sont aussi au rendez-vous, mentionne Sébastien Lavoie, directeur de la Société de gestion de la rivière Matane.

Toutefois, l'état de la population du saumon atlantique à l'échelle québécoise et canadienne demeure préoccupant. Chaque année, seule une faible proportion des jeunes saumons reviennent en rivière pour se reproduire.

C’est dans ce contexte qu’une meilleure évaluation de la ressource pourrait permettre de mieux comprendre le phénomène.

« Le saumon a un cycle vital très complexe [qui se fait] sur une grande distance, rappelle Jérôme Doucet.

On ne contrôle pas tous les éléments de son cycle vital, mais on peut travailler sur nos rivières, et aussi on travaille sur nos modalités de pêche. »

Le compteur automatique installé à la passe migratoire de Matane restera en place jusqu'à la fin de la saison.

Si les tests sont concluants, le ministère pourrait adopter cette technologie afin de faire des inventaires sur d'autres rivières.

D’après le reportage de Geneviève Génier Carrier

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine