Retour

Un documentaire sur l'érosion des langues autochtones au Québec 

Le réalisateur Simon Plouffe arpente les communautés autochtones afin de produire un documentaire sur l'érosion de leur langue. Il a poursuivi récemment son tournage à Uashat-Maliotenam et à Kawawachikamach, sur la Côte-Nord.

Dans L'érosion des langues, Simon Plouffe propose une rencontre avec les derniers locuteurs de plusieurs langues autochtones menacées de disparition.

Simon Plouffe a commencé ses recherches, il y a quatre ans, après avoir constaté un manque de connaissance des langues autochtones. Le réalisateur ajoute que les non-Autochtones ne sont pas portés à apprendre ces langues-là ni à côtoyer des personnes qui les parlent.

Dans son documentaire, Simon Plouffe souhaite montrer la fragilité et la beauté des langues autochtones, en plus de témoigner de leur évolution et des efforts pour les préserver.

Simon Plouffe sur la Côte-Nord

Simon Plouffe était récemment de passage dans la communauté naskapie de Kawawachikamach, où il a commencé à tourner en mars 2015.

Le réalisateur de Rouyn-Noranda constate une différence dans la façon de parler des jeunes et des personnes âgées. Il croit que cela s'explique du fait que la jeune génération se sent « moins connectée » avec les traditions ancestrales et la chasse, « la langue du bois » comme l'appellent les aînés. « Le vocabulaire se perd beaucoup chez les jeunes, même si certains souhaitent préserver cet héritage », affirme Simon Plouffe.

Simon Plouffe note également que la préservation des langues autochtones dans les communautés en milieu urbain, comme Uashat-Maliotenam, est plus difficile que dans les communautés isolées. « À Uashat-Maliotenam, la langue s'érode un peu plus, puisque le français est plus présent », affirme Simon Plouffe. Il souligne toutefois le travail de l'Institut Tshakapesh pour préserver la langue innue dans les communautés de la Côte-Nord.

Simon Plouffe a aussi réalisé L'or des autres, un documentaire sur les conséquences de l'implantation d'une mine à ciel ouvert à Malartic, en Abitibi.

Avec les informations de Guillaume Hubermont

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine