Le maire de Val-Brillant dénonce le manque de solidarité des maires de la MRC de la Matapédia. Une majorité d'élus de la région, 13 sur 21, ont voté pour un projet de règlement qui supprime des zones où des éoliennes auraient pu être implantées sur le territoire de Val-Brillant. 

L'argument soulevé par la MRC repose sur la protection des paysages autour du parc régional de Val-D'Irène.

Pour Jacques Pelletier, cette décision lui enlève une possibilité de revenus si un parc éolien voyait le jour dans la région et venait à s'installer sur les terres de la municipalité. Les redevances pourraient permettre de payer les coûts d'ouverture et d'entretien de la route qui mène au Parc régional de Val D'Irène, propriété de la MRC.

Selon le maire, il coûterait plus de 1 million de dollars pour remettre ce chemin de 3,5 kilomètres en état, dont environ 200 000 $ qui devraient être assumés uniquement par les citoyens de Val-Brillant. « Si on nous enlève le droit de garder cette zone-là, c'est sûr qu'il n'y aura jamais de projet là. S'il n'y a jamais de projet là, c'est une perte pour ma municipalité. C'est une source de revenus qu'on n'aura pas. »

La préfète, Chantale Lavoie, rappelle que cette décision a été prise par la majorité des maires de la région et dans un objectif d'améliorer le schéma d'aménagement pour toute la MRC. Un promoteur avait déjà projeté de construire un parc dans ce secteur, ce qui avait soulevé la grogne de résidents de l'endroit. Il fallait donc prendre une décision, dit-elle, si un autre est déposé.

Mme Lavoie ajoute toutefois que si un parc éolien voit le jour, les maires pourront décider de faire ce qu'ils veulent avec les redevances. « C'est de l'enveloppe nouvelle, c'est de l'argent qui n'est pas de la taxation. »

Chantale Lavoie rappelle que pour l'instant, il n'y aucun projet éolien sur la table pour ce secteur.

Plus d'articles

Commentaires