Retour

Un mouvement provincial pour promouvoir les mini-maisons verra le jour

Un regroupement québécois pour promouvoir la construction de mini-maisons verra le jour à la fin du mois.

Le Mouvement québécois des mini-maisons, chapeauté par l'ex-mairesse de L'Isle-Verte, Ursule Thériault, ainsi que l'ex-maire de Dixville, Martin Saindon, aura pour mandat d'accompagner les municipalités qui souhaitent installer ce type d'habitations sur leur territoire.

Actuellement, la réglementation en vigueur dans la majorité des municipalités du Québec ne permet pas l'édification de résidences de moins de 700 pieds carrés.

« Ces règlements-là sont en place depuis un certain nombre d'années, il faut faire l'effort de les revisiter », affirme Ursule Thériault.

Mme Thériault souligne qu'il faut penser davantage aux mini-maisons dans les plans d'urbanisme, puisqu'elles représentent un choix environnemental et économique. « Elles permettent aussi un meilleur accès à la propriété », précise-t-elle, d'autant que les règles hypothécaires ont été récemment resserrées.

Ursule Thériault rappelle que ces résidences plus petites laissent une empreinte écologique bien inférieure aux résidences conventionnelles et permettent d'éviter l'étalement urbain.

Le Mouvement québécois pour les mini-maisons verra le jour officiellement le 27 janvier à Sherbrooke.

D'après les informations de Jérôme Lévesque-Boucher

Plus d'articles