Retour

Un nouveau regroupement pour préserver les cimetières du Québec

Un nouveau regroupement veut sensibiliser la population à la préservation des cimetières au Québec. Les nouveaux rites funéraires et le déclin des pratiques religieuses font que de plus en plus de cimetières qui souffrent des marques du temps.

Les cimetières sont des lieux de recueillement, mais aussi de mémoire. Malheureusement, certains sombrent dans l'oubli, faute de temps, ou d'argent.

Yoland Tremblay, un membre fondateur de l'Institut du patrimoine funéraire du Québec voulait créer ce regroupement pour préserver ce patrimoine.

« Derrière ça, il a une histoire, une grande histoire d'amour, une histoire de vie, et c'est gens-là, dans leur environnement, ils ont marqué leur société, à leur façon », dit-il.
La province compte 1800 cimetières. De ce nombre, une centaine seraient laissés à l'abandon.

« Au Québec, la chose qui est un petit peu malheureuse, on a oublié beaucoup de traditions, de nos rites et notre histoire est derrière ces traditions et ces rites funéraires-là », déplore Yoland Tremblay.

Un petit projet à la fois

Michel Dubé est prêtre pour les paroisses de Matane et des environs et connaît bien la problématique. Dans les petites communautés, l'entretien des cimetières repose sur le bon vouloir de bénévoles.

« On a des communautés qui sont en perte de vitesse, la population est vieillissante et ce sont les personnes plus âgées qui ont le souci de préserver le patrimoine, préserver nos institutions religieuses. Comment faire pour garder vivante les communautés chrétiennes, c'est un défi de chaque jour », raconte Michel Dubé.

La nature joue aussi contre contre ces lieux de sépulture. Pour préserver ce patrimoine, Michel Dubé estime que bien souvent, une série de petits projets peuvent faire la différence.

D'après les informations d'Isabelle Damphousse

Plus d'articles

Commentaires