Retour

Un pont encore réclamé à Tadoussac, plutôt que des traversiers neufs

La Société du pont sur le Saguenay a profité du passage de la Société des traversiers du Québec (STQ) à Tadoussac, mardi, pour questionner la décision de renouveler les traversiers qui relient Tadoussac à Baie-Sainte-Catherine, plutôt que de construire un pont entre les deux rives.

Un texte de Marlène Joseph-Blais

Le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) a entrepris ses travaux à Tadoussac, mardi,concernant la construction d'un duc-d'Albe au quai garage de Tadoussac. 

Selon le vice-président de la Société du pont sur le Saguenay, Pierre Breton, ce projet n'est pas désiré par de nombreux Nord-Côtiers. « À aucun moment, les utilisateurs n'ont été consultés pour la construction de ces deux traversiers », a-t-il mentionné devant les représentants de la STQ.

Tout comme d'autres acteurs du milieu économique de la Haute-Côte-Nord, présents à l'audience du BAPE, le président de l'entreprise Boisaco, de Sacré-Coeur, croit que la meilleure solution demeure la construction d'un pont sur la rivière Saguenay.

Toujours pertinent?

Au moins 170 millions $ auront été avancés par la STQ pour les nouveaux traversiers et l'adaptation des quais de Tadoussac et de Baie-Sainte-Catherine. Malgré cela, ceux qui militent pour la construction d'un pont entre les deux rives croient qu'il n'est pas trop tard pour choisir cette avenue.

« L'ancien PDG de la STQ, [Georges Farah], nous a confirmé que ces traversiers peuvent-être transférés n'importe où, alors de profiter de la dimension de ces traversiers où il y a un besoin, tel que la traverse entre St-Siméon et Rivière-du-Loup », affirme l'un des administrateurs de la Société du pont sur le Saguenay, Pierre Brisset.

Traversiers attendus

Pendant ce temps, le maire de Tadoussac, Hugues Tremblay, affirme que l'attente a assez duré en ce qui concerne la livraison des deux nouveaux traversiers en construction au chantier Davie, à Québec.

Les traversiers en construction pourront transporter 110 véhicules chacun, soit 35 de plus que les navires actuellement en fonction.

Plus d'articles