Retour

Un projet d'aide pour les jeunes entrepreneurs verra le jour à Matane

Un an après la création du Fonds d'innovation et de développement économique local de la Matanie (FIDEL), des projets concrets seront bientôt annoncés. Le premier, un espace pour accueillir les jeunes entrepreneurs de la région ou d'ailleurs.

L’annonce sera faite bientôt, mais déjà le directeur innovation et développement de FIDEL, Jean Langelier, précise que cet espace de travail commun sera situé au centre-ville de Matane.

Un montant total de 100 000 $ par an sera disponible, ainsi que de l’aide de mentors. Entre 10 et 20 jeunes entrepreneurs pourraient ainsi être accompagnés.

Jean Langelier affirme qu'on répond ainsi à un des objectifs du fonds, qui est de « retenir des jeunes dans la Matanie en leur donnant des facilités financières, des facilités de logistique et du mentorat. »

FIDEL travaille aussi à créer une procédure d’accompagnement des entreprises locales dans leur développement. Par exemple, on pourrait engager des consultants ou injecter directement du capital dans les entreprises.

25 entrepreneurs bénévoles, répartis dans cinq comités, décident des projets qui seront financés.

Ottawa injecte 255 000 $

Ottawa accorde une aide financière non remboursable de 255 000 $ sur trois ans au fonds.

Le député d'Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia, Rémi Massé, laisse FIDEL décider quels seront les projets qui profiteront de cet argent. « On a déjà atteint un million (de dollars) qui était prévu au bout de cinq en l’espace de quelques mois. Donc pour moi c’était un premier élément important. On s’est dit, déjà les entrepreneurs sont engagés. […] Pour moi, juste cette mobilisation-là est importante, et je suis convaincu qu’on est parti sur une lancée. »

Un projet d'aide pour les jeunes entrepreneurs verra le jour à Matane.

Matane a aussi investi 300 000 $ il y a quelques semaines.

Les investisseurs matanais espèrent que Québec participera aussi à cet effort pour relancer l'économie.

Le fondateur de FIDEL, l'homme d'affaires François Rioux, s'inquiétait que la ville de Matane ait perdu plus de 600 emplois depuis 5 ans. Il voulait créer un levier pour aider à redresser l’économie.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un gros chien fait des vagues en apprenant à nager





Rabais de la semaine