Retour

Un référendum sur le projet de rue commerciale à Percé 

Les conseillers municipaux de Percé ont tranché. Ils iront en référendum sur un règlement d'emprunt de 1,72 million de dollars. Mardi soir, 150 personnes ont assisté à la réunion du conseil municipal qui devait décider du sort d'un projet de rue commerciale.

Un texte de Joane Bérubé

À la mi-août, 479 personnes avaient signé le registre pour s'opposer à l'emprunt qui devait financer l'aménagement de la future rue, qui mène au nouveau Géoparc et où la Ville souhaite aménager une dizaine d'espaces commerciaux.

Mardi soir, les personnes présentes étaient majoritairement en faveur du projet. Ils ont clairement demandé aux conseillers de tenir un référendum pour trancher le débat.

Avant la réunion, le maire de Percé, André Boudreau, avait d'ailleurs demandé à ses conseillers de réfléchir à la possibilité de tenir un référendum sur le règlement d'emprunt.

Seulement deux conseillers ont voté contre. « Peut-être que le référendum va rendre les choses claires. On va remettre l'information dans les foyers. Si le référendum est perdant, ce sera un signe », a-t-il commenté.

Les citoyens de Percé seront maintenant appelés aux urnes le 20 novembre prochain pour accepter ou non le règlement d'emprunt.

Un projet pour augmenter les revenus de la Ville

André Boudreau est prêt à défendre son projet et n'entend pas le modifier puisque, selon lui, il est rentable. « On ne fera pas de modifications pour faire des modifications », mentionne-t-il. 

Lors de l'assemblée, mardi soir, certaines personnes ont fait part de leurs craintes quant à une éventuelle hausse de la taxation.

André Boudreau soutient que le projet s'autofinancera. Le prêt, explique-t-il, est financé sur 25 ans et selon la pire hypothèse, devrait être rentabilisé en 24 ans, sinon en 20 ans.

Il assure qu'aucune hausse de taxes n'est associée à cet aménagement qui, au contraire, ajoute-t-il, devrait aider la Ville à améliorer ses sources de revenus. « On travaille pour les générations futures, pour les jeunes », dit-il.

Le maire Boudreau croit que son projet attirera les jeunes entrepreneurs : « Ça crée une nouvelle dynamique. Avoir des commerces enfin isolés pour l'hiver parce qu'il y en a qui veulent travailler à l'année. »

M. Boudreau déplore que certaines personnes entretiennent une vision négative du développement de la Ville et nourrissent un climat qui n'est pas propice au travail d'équipe. « On est dépassés par ça, on n'est pas des politiciens, on est plus des développeurs que des politiciens », souligne-t-il en parlant de son conseil municipal.

Le coût du référendum est évalué entre 25 000 $ et 30 000 $.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une bulle gèle sous nos yeux





Concours!



Rabais de la semaine