Retour

Un résident de Cap-Chat aux premières loges de la Bataille du Saint-Laurent

J. Gaétan Côté, qui aura bientôt 86 ans, lance dimanche son livre Cap-Chat, histoires et souvenirs, qui revient entre autres sur l'automne 1942, alors que les sous-marins allemands patrouillent dans le Saint-Laurent.

Le 11 septembre 1942, le HMCS Charlottetown, une corvette de la marine canadienne, est attaqué et coulé en matinée par le sous-marin allemand U-517 au large de Cap-Chat, tout juste en face de l’église. Sur la rive parmi les riverains stupéfaits, un jeune garçon de 11 ans, J. Gaétan Côté assiste à ce chapitre peu connu de ce qui est maintenant convenu d’appeler la Bataille du Saint-Laurent.

Quelques minutes plus tard, il sera réquisitionné pour prêter assistance aux premiers marins grelottants et couverts de mazout que charrie la vague. « On voyait juste leurs deux yeux, fallait les laver, les nettoyer, les frictionner », se souvient M. Côté.

Le vieil homme raconte que le lendemain une corvette est venue chercher les morts pour les emporter à Québec. Les survivants, dit-il, ont été amenés à Halifax.

Un des rares sauveteurs toujours en vie

Près de 75 ans plus tard, le résident de Cap-Chat est parmi les rares sauveteurs encore vivants.

Il explique que quelques jours auparavant, lui et son père avaient eu droit à un avant-goût de l’attaque allemande, lors du passage du HMCS Raccoon qui essuya les premières salves allemandes dans la nuit du 7 septembre au large de Cap-Chat.

Selon M. Côté, comme le départ de Québec du navire avait été annoncé dans l’Action catholique, plusieurs riverains de Cap-Chat surveillaient le passage du navire lors de l’attaque. « On voyait les explosions, c’était épouvantable », relate M. Côté.

Le bateau sombra un peu plus tard en face de Rivière-Madeleine, plus à l’est. Aucun marin ne survécut.

Pour commémorer la bataille

Ces événements ont marqué J. Gaétan Côté qui en donne tous les détails dans son livre, Cap-Chat, histoires et souvenirs, qui sera lancé dimanche à l’église de Cap-Chat.

L’homme souhaite maintenant que Cap-Chat n’oublie pas ces batailles qui se sont déroulées sous ses yeux.

En quelques mois, en 1942, plusieurs navires ont été coulés par les Allemands au large des côtes gaspésiennes. Gaétan Côté voudrait que la Ville de Cap-Chat installe l’an prochain une douzaine de panneaux d’interprétation le long de la rive à l’occasion du 75e anniversaire de la Bataille du Saint-Laurent.

Le préfet de la MRC, Allen Cormier, se dit intéressé par le projet.

Le livre de J. Gaétan Côté a été publié à 700 exemplaires. Un lancement aura lieu aussi à Québec le 4 décembre prochain à l’Espace 400e.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards