Retour

Un travailleur de la Côte-Nord se donne une deuxième chance

Depuis des mois les mauvaises nouvelles économiques et les pertes d'emploi touchent les travailleurs de la Côte-Nord. Certaines familles décident de partir, alors que d'autres font le choix de rester. C'est le cas d'un ancien travailleur de la compagnie Cliff, qui à la suite de la perte de son emploi, a décidé de rester dans la région et a entamé une nouvelle carrière comme inspecteur en bâtiment.

Il y a moins d'un an, 600 employés de la compagnie Cliff perdaient leur travail à Sept-Îles et à Fermont.

Tout juste âgé de trente ans, Rémi Fortin faisait partie du lot, après six années à l'emploi comme mécanicien industriel.

« Tout ce que j'avais prévu pour les 20 prochaines années, finir de payer mes affaires, tout allait bien », dit-il. « Puis j'allais avoir un bébé en plus, ça fait que j'allais avoir une pression de plus. »

Le jeune père de famille a alors décidé de se retrousser les manches. Il est retourné sur les bancs d'école et a ouvert sa propre entreprise.

« Moi, l'inspection en bâtiment, je n'avais pas nécessairement de connaissances en construction, mais je le voyais comme une occasion de se trouver un autre travail », explique M. Fortin. « Parce qu'on s'entend qu'avec 200 personnes mises à pied, les employés compétents ne manquent pas. »

Si désormais tout va bien pour ce jeune entrepreneur, il a vécu des moments difficiles.

Aujourd'hui, il ne regrette rien.

L'économie de la région qui dépend en grande partie du prix du fer et des compagnies minières est fragile en ce moment.

Depuis 2014, plusieurs centaines de travailleurs de la Côte-Nord ont perdu leur emploi.

D'après les informations d'Alix-Anne Turcotti

Plus d'articles

Commentaires