Le ministre de l'Économie Jacques Daoust et le ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles Pierre Arcand se rendront à l'Aluminerie Alouette de Sept-îles pour y faire une annonce, jeudi. Le gouvernement répondra-t-il à l'ultimatum lancé par l'Aluminerie Alouette pour un meilleur tarif d'électricité ?

Au printemps dernier, l'aluminerie demandait au gouvernement un tarif concurrentiel d'électricité pour poursuivre ses activités. Le président-directeur général (PDG) de l'Aluminerie Alouette, Claude Boulanger, réclamait un tarif d'électricité semblable à celui que l'entreprise Alcoa avait obtenu en février 2014.

Le président d'Alouette s'était donné jusqu'au début de l'été pour s'entendre avec le gouvernement. Autrement, un investissement de 2milliards de dollars pour l'expansion des installations à Sept-Îles menace de tomber à l'eau.

Question d'équité

Quelques mois avant les élections du printemps 2014, le gouvernement Marois avait consenti à Alcoa un tarif préférentiel, après que l'entreprise ait menacé de fermer ses trois alumineries québécoises.

Pour le PDG d'Alouette, il s'agit d'une question d'équité. Alouette paie 4,8 ¢/kWh, affirme Claude Boulanger, alors que le tarif accordé à Alcoa serait de moins de 3 ¢/kWh.

Plus d'articles

Commentaires