Retour

« Une course, ça peut être bon », dit la députée péquiste Lorraine Richard

La députée de Duplessis, Lorraine Richard, ne s'oppose pas à une éventuelle course à la direction du Parti québécois (PQ) pour déterminer le successeur de Pierre Karl Péladeau.

Un texte de Charles Alexandre Tisseyre

Elle estime toutefois que si une course est déclenchée, celle-ci devra être courte pour que sa formation politique se prépare le plus rapidement possible en vue des élections de 2018.

« Mes militants veulent que le Parti québécois trouve rapidement un chef ou une chef pour qu'on puisse passer à autre chose », explique la députée, qui se dit par ailleurs toujours attristée par la démission de Pierre Karl Péladeau. 

Lorraine Richard précise qu'elle n'appuiera publiquement aucun éventuel candidat à la direction du Parti québécois. Elle soutient qu'il y a d'excellentes candidatures.

Selon elle, le prochain chef du PQ devra posséder « de l'expérience, être à l'écoute des gens, avoir un plan de match et une vision à long terme ». 

Une session d'automne « excessivement importante »

Pour sa part, le député de René-Lévesque, Martin Ouellet, abonde dans le même sens que sa collègue de Duplessis au sujet de l'importance de choisir un chef rapidement.

Il estime que la prochaine session parlementaire est « excessivement importante » et que le nouveau chef devra être choisi au plus tard en novembre, soit au terme d'une course ou d'un couronnement.

Martin Ouellet attend toutefois de connaître toutes les personnes intéressées à se présenter à la direction avant de se prononcer.

Le caucus du Parti québécois est réuni vendredi pour déterminer qui dirigera le parti en attendant l'élection d'un nouveau chef. 

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine