Retour

« Une course, ça peut être bon », dit la députée péquiste Lorraine Richard

La députée de Duplessis, Lorraine Richard, ne s'oppose pas à une éventuelle course à la direction du Parti québécois (PQ) pour déterminer le successeur de Pierre Karl Péladeau.

Un texte de Charles Alexandre Tisseyre

Elle estime toutefois que si une course est déclenchée, celle-ci devra être courte pour que sa formation politique se prépare le plus rapidement possible en vue des élections de 2018.

« Mes militants veulent que le Parti québécois trouve rapidement un chef ou une chef pour qu'on puisse passer à autre chose », explique la députée, qui se dit par ailleurs toujours attristée par la démission de Pierre Karl Péladeau. 

Lorraine Richard précise qu'elle n'appuiera publiquement aucun éventuel candidat à la direction du Parti québécois. Elle soutient qu'il y a d'excellentes candidatures.

Selon elle, le prochain chef du PQ devra posséder « de l'expérience, être à l'écoute des gens, avoir un plan de match et une vision à long terme ». 

Une session d'automne « excessivement importante »

Pour sa part, le député de René-Lévesque, Martin Ouellet, abonde dans le même sens que sa collègue de Duplessis au sujet de l'importance de choisir un chef rapidement.

Il estime que la prochaine session parlementaire est « excessivement importante » et que le nouveau chef devra être choisi au plus tard en novembre, soit au terme d'une course ou d'un couronnement.

Martin Ouellet attend toutefois de connaître toutes les personnes intéressées à se présenter à la direction avant de se prononcer.

Le caucus du Parti québécois est réuni vendredi pour déterminer qui dirigera le parti en attendant l'élection d'un nouveau chef. 

Plus d'articles

Commentaires