Retour

Une famille de Rimouski demande une aide accrue aux réfugiés syriens

Une famille syrienne installée à Rimouski salue la promesse du gouvernement libéral d'accueillir 25 000 réfugiés syriens d'ici la fin de l'année. Toutefois, elle invite Ottawa à en faire davantage pour aider les victimes de la guerre civile qui sont coincés en Syrie.

Un texte d'Ariane Perron-Langlois et Sébastien Desrosiers

Installé au Canada depuis 2008, Fahed Martini est chargé de cours en génie mécanique à l'Université du Québec à Rimouski. Il s'inquiète pour sa soeur, qui vit seule dans la ville d'Idleb, dans le nord-ouest de la Syrie.

« Elle veut partir, mais elle m'a dit "Je n'ai pas d'argent, je n'ai pas les moyens." Elle a 58 ans, elle n'est pas capable de sortir comme ça, aller dans la mer, traverser les frontières avec tous ces dangers-là », se désole M. Martini.

M. Martini et sa femme, Sawsan Kara Mohamed, aimeraient que le Canada vienne en aide aux membres de leur famille qui sont toujours en Syrie.

Selon Fahed Martini, les bombardements de la Russie en Syrie vont entraîner des déplacements de population encore plus importants et surtout multiplier les dangers pour les civils encore présents.

Sans avoir fixé le nombre de personnes qu'elle souhaite accueillir, la Ville de Rimouski se dit favorable à l'accueil de réfugiés syriens.

Plus d'articles

Commentaires