Retour

Une opération de près de 180 000 $ pour arrêter Réal Savoie

Au procès de Réal Savoie, le témoignage de l'agent responsable d'élaborer les scénarios d'infiltration de cette opération s'est poursuivi mardi matin, au palais de justice de New Carlisle. Ce témoignage a permis d'en apprendre davantage sur l'opération Mr Big menée par les enquêteurs.

Même si l’opération Mr Big a débuté en juillet 2013, ce n'est qu'en avril 2014 que Réal Savoie aurait aperçu pour la première fois le « Cousin », soit le grand patron de la pseudo-organisation criminelle, et ce, sans pouvoir lui parler.

Selon le policier responsable des scénarios, appelé le couvreur, le scénario 61 se serait déroulé à Montréal dans un chic restaurant. Dans ce scénario, le garde du corps du grand patron aurait demandé à Réal Savoie de rester à distance, assis au bar, pour ce premier contact visuel.

L'agent couvreur a expliqué au jury qu'une rencontre directe avec Mr Big n'était pas possible, parce que les antécédents de Réal Savoie n'avaient pas encore été vérifiés par l'organisation criminelle.

La veille du scénario final, Réal Savoie aurait reçu la visite de véritables enquêteurs de la Sûreté du Québec, venus l'aviser qu'il était toujours soupçonné du meurtre non résolu de Sonia Raymond, survenu en juillet 1996 à Maria. Toutefois, il n'en aurait pas soufflé mot à ses pseudo-collègues criminels.

Ce n'est qu'au scénario final, le 65, que Réal Savoie aurait rencontré le « Cousin », « parce qu'il était prêt », a dit le couvreur devant le jury. Selon le témoin, Réal Savoie aurait bien intégré les valeurs de l'organisation, il se sentait en confiance et il se serait confié, ce qui a mené à son arrestation, le 16 avril 2014.

Contre-Interrogatoire

L’agent a ensuite été interrogé par l'avocat de la défense qui a insisté sur l'image d'organisation pseudo violente dans laquelle les policiers ont fait évoluer Réal SavoieLe procureur de l’accusé, Me Marcel Guérin, a cherché à savoir comment l'équipe mixte d'infiltration a été mise sur pied ainsi que l'ensemble de l’opération.

Selon le policier qui élaborait les scénarios d'infiltration, l'opération aurait coûté 179 000 $ en frais de déplacement, hôtels et sommes versées à Savoie en guise de salaires.

Plus les scénarios impliquaient des délits majeurs, plus les sommes d'argent que recevait l’accusé étaient importantes, a expliqué le couvreur. Réal Savoie aurait même fait le compte d’une somme de 20 000 $ en argent, aurait mis le tout dans une enveloppe à son nom qu’il a ensuite mise dans un coffre-fort en guise d'un futur paiement pour et « une grosse job à venir », a relaté l'agent d'infiltration.

L’avocat a aussi demandé au témoin si l'objectif était de démontrer que la fausse organisation était dangereuse puisque dans un des scénarios présentés à la cour, Réal Savoie aurait entendu que l'organisation pouvait passer à tabac une personne ou même la faire disparaître.

Le policier a répondu que la violence devait sembler banale pour les pseudo criminels afin de mettre à l'aise Savoie. « Il nous a suivis, a adhéré à nos valeurs volontairement », a indiqué le policier.

L'avocat de la défense a tenté de faire dire au couvreur que tout ce qui avait été présenté à Réal Savoie était faux. Le couvreur a reformulé la phrase pour parler d'une pièce de théâtre à laquelle Réal Savoie adhérait sans contrainte.

Le contre-interrogatoire du metteur en scène des scénarios Mr Big est terminé. Il sera suivi de celui d'un autre agent d'infiltration, appelé un opérateur. Il s’agit du policier de la GRC qui jouait le rôle du patron de Réal Savoie dans 50 des 65 scénarios.

La sœur de Sonia Raymond, Céline Raymond, assiste encore cette semaine au procès.

D'après les informations de Pierre Cotton

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine