Retour

Une pétition à l'Assemblée nationale pour arrêter le projet Belledune

Le groupe « Non à une marée noire dans le Saint-Laurent » poursuit sa lutte contre le projet Belledune. Le groupe citoyen lance une pétition à l'Assemblée nationale.

Le libellé de la pétition demande à ce « que l'Assemblée nationale du Québec s'oppose résolument au passage par train, sur son territoire, de produits pétroliers voués à l'exportation, notamment en raison des risques élevés pour les écosystèmes et la sécurité publique ».

L'objectif est d'obtenir un moratoire du projet de Chaleurs Terminals à Belledune. Selon Martin Poirier du collectif environnementaliste, il n'y a aucune place aux compromis dans ce dossier.

« Nous on croit que, de par l'ampleur de ce projet-là, il peut y avoir les compétences provinciales qui s'immiscent dans le dossier », plaide M. Poirier, qui réfute l'argument qu'Ottawa est le seul concerné par le processus d'autorisation du projet de transport ferroviaire.

Le député péquiste de la circonscription de Rimouski, Harold Lebel a accepté de parrainer cette pétition, qui sera en ligne pendant trois mois, à compter du mardi 25 août.

« Une lutte à finir »

Le groupe « Non à une marée noire dans le Saint-Laurent » ne souhaite pas des accommodements comme l'augmentation des normes de sécurité ou le renforcement du système ferroviaire. « La lutte est à finir », tranche le porte-parole.

« Il est clair que pour nous cette démarche-là est vraiment pour démontrer qu'il y a une fin de non-recevoir à ce type de projets-là », explique Martin Poirier.

Le projet de la compagnie albertaine Chaleur Terminals prévoit, dans une première phase, le passage de deux convois de 120 wagons de pétrole de schiste ou de pétrole bitumineux chaque jour. Ces trains passeraient au coeur de nombreuses villes du Québec, notamment au Bas-Saint-Laurent.

Plus d'articles

Commentaires