Retour

Une usine de fabrication de farine sans gluten à Sainte-Anne-des-Monts

Avec l'acquisition d'une usine et d'équipements de transformation, l'équipe de la Minoterie des Anciens a franchi une étape importante dans son projet de fabrication de farine biologique certifiée sans gluten.

Chapeautée par la présidente du Groupe maritime Verreault, Denise Verreault, la direction de la Minoterie a investi 1,5 million de dollars pour convertir une ancienne usine du groupe GDS à Sainte-Anne-des-Monts en usine de fabrication de produits certifiés sans gluten.

Selon Patrick Golliot, directeur de la Minoterie des Anciens, environ un million de personnes recherchent les produits certifiés sans gluten, des gens atteints de la maladie coeliaque, par exemple, pour qui ces produits ne sont pas assez nombreux sur les tablettes.

Producteurs agricoles recherchés

Pour obtenir cette certification, la Minoterie des Anciens a besoin de produits cultivés de façon biologique comme du chanvre, du sarrasin ou de l'avoine nue.

Idéalement, l'usine produirait jusqu'à 5000 tonnes de farine sans gluten par année, ce qui nécessiterait la participation de 50 à 100 agriculteurs. Les récoltes proviendront de partout, mais l'organisation tente depuis deux ans d'intéresser les agriculteurs du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie.

Plusieurs y voient une façon de redonner la vie aux terres abandonnées. À l'origine du projet, il y a ce grand rêve de Denise Verreault de remettre en culture des terres gaspésiennes et bas-laurentiennes abandonnées. Elle souhaite faire en sorte que les producteurs agricoles gagnent mieux leur vie et redynamisent le milieu par l'agriculture.

Les producteurs volontaires profiteront de l'aide du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation ainsi que de celle de l'Union des producteurs agricoles.

Toutefois, la récolte peut prendre plusieurs années avant d'être certifiée biologique. Il reste donc du travail à faire pour convaincre les agriculteurs.

Une occasion à saisir pour Francis Lemieux

Francis Lemieux, qui a travaillé pour l'organisation, a décidé de consacrer 35 acres de ses propres terres au projet. Pour lui, il ne fait aucun doute qu'il s'agit d'une occasion à saisir.

M. Lemieux ajoute que le sarrasin est une petite plante bien adaptée à la région. « Elle nettoie les champs des mauvaises herbes, argumente-t-il. Si tu manques ton coup, tu resteras avec de l'engrais. »

Le projet intéresse aussi Marie Fortin, qui veut développer bientôt des produits sans gluten dans sa boulangerie en raison des demandes constantes de ses clients.

La Minoterie des Anciens veut vendre les premiers sacs de farine ce printemps.

D'après le reportage de Jean-François Deschênes

Plus d'articles

Commentaires