Retour

Une vidéo qui met le cap sur la sécurité des homardiers

Le comité permanent sur la sécurité des bateaux de pêche du Québec lance une vidéo destinée aux homardiers.

Cette vidéo conçue en collaboration avec l'Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail est le résultat de plusieurs années de recherche, à bord de homardiers gaspésiens et madelinots.

Au cours des dernières années, deux aides-pêcheurs de l'Est du Québec sont morts après une chute par-dessus bord. Afin de sensibiliser les équipages aux dangers de leur métier, des chercheurs de l'Université Laval et du centre de recherche Merinov se sont penchés sur les habitudes, les gestes et le savoir-faire des pêcheurs de homard.

Travail des pêcheurs experts

Munis de caméras, les scientifiques ont passé deux ans à bord d'une vingtaine de homardiers. Au fil des travaux, plusieurs de ces stratégies ont été mises en lumières.

L'équipe est partie d'une quarantaine de comportements pour en cibler au final une douzaine. Il a fallu ensuite que les chercheurs décident du meilleur véhicule pour leur message sécuritaire. Chargé de projet à Mérinov, Francis Coulombe indique que ce sont les pêcheurs qui ont tranché.

« Ce qu'ils nous disent, rapporte M. Coulombe, c'est : on veut le voir, on veut voir comment ça se passe, c'est le meilleur moyen pour qu'on comprenne, une image vaut mille mots. »

Toutefois, les nombreux cordages à bord des bateaux représentent l'une des principales sources de dangers pour les pêcheurs, selon le coresponsable de l'étude, Francis Coulombe.

« Ce qui peut être dangereux, souligne M. Coulombe, c'est quand les pêcheurs lancent ou jettent les casiers à l'eau, il y a beaucoup de cordages impliqués, des centaines de mètres. Il faut toujours qu'ils fassent attention où ils mettent leurs pieds. Il y a des façons de placer ce cordage-là au-dessus du pont, ça dégage les pieds, ça, c'est une des pratiques les plus importantes. »

Un outil qui servira

Pêcheur en Gaspésie, Sylvain Arsenault est convaincu que la vidéo aidera à sauver des vies.

« Je pense qu'il n'y a pas beaucoup de saisons au cours desquelles il n'arrive pas quelque chose, dit-il. Ça va aider les pêcheurs à éliminer beaucoup d'accidents en mer et à revenir à la maison en sécurité. »

François Ouellet, conseiller en valorisation de la recherche à l'Institut de recherche Robert-Sauvé, est aussi très optimiste sur la portée du message auprès des pêcheurs.

« Force est de constater qu'il y a une bonne prise de conscience. La pêche est un milieu très dynamique et les pêcheurs sont très proactifs », explique-t-il.

Le chargé de projets pour Mérinov et coresponsable de cette recherche, Francis Coulombe, ajoute que cette vidéo sera aussi un excellent outil didactique, entre autres, pour les écoles de formation.

Le projet a coûté près d'un demi-million de dollars.

Plus d'articles