Retour

Val-d’Irène ou la dure remontée des finances

Malgré les efforts de redressement, le parc régional de Val-d'Irène a terminé sa dernière année financière avec un déficit d'opérations de 232 497 $. Il s'agit d'un déficit plus important que celui de l'an dernier qui s'élevait à 211 925 $.

Un texte de Joane Bérubé

Toutefois, les administrateurs de Val-d'Irène estiment que leurs derniers états financiers sont ceux d’une année de transition, puisque l’année financière se terminait au 31 mai 2017. Les données incluent donc les résultats de l’été 2016 qui ont à eux seuls généré une perte de plus de 116 000 $.

Les correctifs et mesures de redressement ont été apportés à mi-parcours à l’automne, juste après la saison estivale.

La MRC de la Matapédia, propriétaire des installations, était alors venue à la rescousse de la Corporation de gestion du parc régional en y injectant 700 000 $, ce qui avait permis d’éponger le déficit accumulé.

Cet argent permet d’ailleurs à la Corporation de terminer malgré tout l’année avec un surplus de 402 807 $.

Une année de redressement

Dans l’ensemble, les mesures mises en place pour assainir les finances ont permis de réduire les dépenses d’un peu plus de 100 000 $.

Le vérificateur a aussi estimé que sans certaines dépenses, dont plusieurs reliées aux activités estivales qui ont été abandonnées, le centre aurait réalisé un déficit de 18 000 $ environ, ce qui porte à croire que la Corporation est sur la bonne voie.

Il y a quelques mais.

L’achalandage n’a pas été au rendez-vous. La saison de 71 journées de ski a été sous le joug d’une météo variable avec des journées très froides ou d’autres sous le verglas. Les recettes de la billetterie, du bar, du restaurant principal et de l’hébergement sont en baisse.

En remettant son rapport financier, le vérificateur, de la firme Mallette, a aussi émis des réserves sur la fiabilité des données. Des incompatibilités dans les systèmes informatiques utilisés, des problèmes dans les contrôles et dans la programmation des systèmes ont entraîné divers problèmes.

En réponse aux inquiétudes des membres présents à l’assemblée générale, le vérificateur a assuré que tous les correctifs nécessaires avaient été apportés.

Nouvelle équipe, nouveau souffle

Le centre entame d’ailleurs la saison avec de nouvelles personnes à la direction, à la gestion et avec de tout nouveaux administrateurs.

À la fois un ancien gestionnaire pour avoir dirigé la station pendant 13 ans et un nouveau puisqu’il reprend la barre des opérations après une absence de plusieurs années, le directeur Germain Barrette s’est dit plutôt tourné vers l’avenir.

« La station est belle, complètement rénovée, toute neuve. » Il faut, dit-il, enlever les irritants et faciliter l’accès à la montagne.

Le conseil d’administration fera aussi peau neuve et passera de 11 à 9 membres, dont deux en provenance de la MRC et un de la municipalité de Sainte-Irène.

Deux postes seront cooptés. À la demande des membres-utilisateurs, la Corporation intégrera un plus grand nombre de membres élus par l’assemblée générale, soit quatre, dont des représentants du milieu des affaires et du tourisme.

Parmi les nouveaux administrateurs, le maire d’Amqui, Pierre D’Amours, et le maire de Saint-Noël, Daniel Carrier, se montrent tous deux optimistes pour la prochaine année.

« Les problèmes que vit Val-d’Irène ne sont pas différents de ceux vécus par les différentes stations de ski au cours des dernières années, souligne le maire de Saint-Noël. Je peux comprendre qu’il y ait eu des problèmes informatiques, mais il faut que ce soit réglé et qu’on passe à autre chose. »Administratrice réélue, Isabelle Martel estime pour sa part que la prochaine année devrait être celle de la crédibilité et de la visibilité retrouvée pour Val-d’Irène.

Si le président de la Corporation, Manuel Cantin, considère que le joyau de la Matapédia, c'est sa station de Val-d'Irène, le trésor de la station, c'est sans doute la ferveur de ses membres. Ils étaient plus d'une quarantaine à assister à l'assemblée générale de la Corporation et leurs questions ont surtout reflété leur engagement et leur soutien envers leur « parc régional ».

La station n’attend plus que la neige pour ouvrir, si ce n’est pas ce week-end, ce sera le prochain, assure Germain Barrette.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine