Retour

Verreault Navigation entend finalement respecter la loi sur l'environnement

Verreault Navigation accepte finalement de se plier à loi sur l'environnement et a demandé des certifications d'autorisation pour exploiter son chantier maritime et sa cale sèche.

Un texte de Michel-Félix Tremblay

Jamais auparavant, l'entreprise des Méchins n'avait cru bon demander de tels permis au Ministère de l'Environnement. Pour l'instant, le dossier est encore à l'étude et aucun certificat n'a été émis.

Verreault Navigation a même engagé un lobbyiste en 2016 pour convaincre Québec que les chantiers maritimes étaient de juridiction fédérale.

L'entreprise alléguait que demander un certificat au ministère de l'Environnement, « entraverait la compétence fédérale et nuirait aux activités de Verreault Navigation. »

Pourtant, a précisé par écrit le porte-parole du ministère, les autres chantiers détiennent déjà des certificats d'autorisations pour leurs activités.

Impossible de savoir pourquoi la direction a changé son fusil d'épaule. Le vice-président exécutif a refusé de nous accorder une entrevue. Néanmoins, il a mentionné par courriel que les discussions avec le ministère se poursuivaient.

En 2012, Verreault Navigation avait même refusé l'accès au chantier à une inspectrice du ministère de l'Environnement, prétextant que la loi provinciale sur la qualité de l'environnement ne s'appliquait pas sur son terrain.

Plus d'articles