Retour

Vers l'expropriation du propriétaire de la maison d’enfance de René Lévesque

Le processus d'expropriation du propriétaire de la maison d'enfance de René Lévesque, à New Carlisle, pourrait s'enclencher dès septembre. Le ministre de la Culture du Québec, Luc Fortin, menace de recourir à cette solution si la maison n'est pas remise en état.

Un texte de Joane Bérubé avec la collaboration de Léa Beauchesne

Le bâtiment est classé patrimonial, mais il est laissé à l'abandon, un problème perdure depuis des années. En vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, le propriétaire, Denis Cloutier, a le devoir d'en assurer la préservation.

La maison a connu des jours meilleurs. Le revêtement est défraîchi, les portes et les fenêtres semblent en fin de vie.

Le ministre de la Culture s’impatiente.

Le Ministère a tenté pendant des mois de joindre le propriétaire et n'est parvenu qu'à de brefs échanges sans résultat. Le propriétaire n'a pas rappelé Radio-Canada non plus.

« Si au moins on pouvait avoir accès à la maison pour pouvoir faire son carnet de santé, ce serait un geste d'ouverture de la part de M. Cloutier, mais s’il n’y a pas d'ouverture, on va passer à l'action », renchérit Luc Fortin.

La Fondation René-Lévesque a renoncé à la maison

Le ministre n'est pas le seul à rencontrer ces difficultés. La Fondation de la Maison René-Lévesque a tenté pendant des années de trouver une manière de mettre le bâtiment en valeur.

Devant l'absence de coopération du propriétaire, l'organisme a mis sur pied un centre d'interprétation, l'Espace René-Lévesque, pour retracer l'histoire du personnage le plus célèbre de la petite ville. Les responsables de la Fondation se sont fait une raison depuis des années et ont renoncé à acheter la maison.

Le président de la Fondation, Louis Bernard, ne croit pas aux menaces du ministre de la Culture.

« On n’a pas pu s’entendre d’aucune façon ni avec le propriétaire actuel ni pour avoir un dossier clair avec le ministère de la Culture dans les possibilités d’utiliser la maison », poursuit M. Bernard.

Louis Bernard avoue qu’il n’a jamais réussi à savoir exactement ce que le propriétaire voulait. « C’est ce qui fait que la Fondation a décidé d’acheter un terrain et de créer l’Espace René-Lévesque », ajoute-t-il.

Le projet chemine et devrait être prêt à l’automne.

Idéalement, l’organisme pourrait inclure la maison dans le circuit qui est en cours de réalisation à New Carlisle. La maison est située à environ 400 mètres de l’Espace René-Lévesque. « Mais il s’agit d’un circuit autonome et ça ne change pas d’aucune façon nos plans et notre échéancier », souligne M. Bernard.

Plus d'articles

Commentaires