Retour

Vers une énergie plus propre pour les communautés éloignées de la Côte-Nord

Hydro-Québec veut convertir l'alimentation des réseaux autonomes d'électricité, qui fonctionnent au diesel, à des sources d'énergie plus propres et moins coûteuses. La société d'État en a fait l'annonce dans le dévoilement de son Plan stratégique 2016-2020, mercredi.

Sur la Côte-Nord, les réseaux autonomes exploités par Hydro-Québec desservent 35 000 résidents de communautés isolées, dont celles de l'île d'Anticosti et de La Romaine en Basse-Côte-Nord. Celles-ci sont alimentées par des centrales thermiques au diesel, qui seront les premières à être remplacées dans la région. 

La société d'État lancera un appel de propositions pour le réseau de La Romaine en 2017. Elle vise une mise en service éventuelle en 2020. Pour le réseau de Port-Menier, sur l'île d'Anticosti, l'appel d'offres serait lancé en 2019.

Ailleurs sur la Côte-Nord, les communautés à l'est de La Romaine sont alimentées par une centrale hydraulique. C'est aussi le cas à Schefferville, qui est desservie par une centrale située au Labrador. 

Au total, Hydro-Québec compte 23 centrales thermiques et deux centres hydrauliques. Le coût de fonctionnement de ses installations est évalué à 156 millions de dollars en 2010, selon des informations de la Régie de l'énergie. 

Hydro-Québec prépare l'après Romaine 

Au cours des cinq prochaines années, la société d'État déterminera le cours d'eau sur lequel aura lieu le prochain grand chantier hydroélectrique une fois que le projet de la Romaine, près de Havre-Saint-Pierre, sera terminé.

Hydro-Québec mènera des études préliminaires durant cette période, dans l'objectif de prendre une décision autour de 2020.

Des centres de données informatiques

La société d'État lance une offensive pour courtiser des investisseurs dans le marché du stockage de données informatiques. Elle veut attirer au Québec plus de centres de données informatiques, qui consomment beaucoup d'énergie.

Hydro-Québec mise sur ses surplus d'électricité et ses bas tarifs dans sa campagne de séduction à l'international. Elle fait valoir les atouts du Québec comme l'abondance d'énergie, sa situation géographique et un climat froid qui diminue les coûts.

Une vingtaine de ces centres de données de tailles diverses sont déjà implantés au Québec, dont celui de la compagnie Telus à Rimouski.

D'après les informations de Charles-Alexandre Tisseyre 

Plus d'articles

Commentaires