Retour

Zones industrialo-portuaires : la mairesse de Cacouna soulagée

En entrevue à l'émission Info-Réveil, la mairesse de Cacouna se dit soulagée par la désignation du port de sa municipalité comme zone industrialo-portuaire. Elle croit toutefois que les choses seraient encore plus simples si Québec en devenait le propriétaire.

Un texte de Guillaume Bouillon

Sept ports de l'Est du Québec ont été désignés zone industrialo-portuaires lors d'une annonce du gouvernement du Québec dans le cadre du programme de la Stratégie maritime. Et le port de Cacouna fait partie du nombre, une bonne nouvelle selon la mairesse Ghislaine Daris.

« On s'y attendait un peu, mais maintenant c'est confirmé. Et c'est rassurant. C'est une bonne nouvelle pour le port de Cacouna, mais aussi pour le parc industriel parce que le port est toujours en programme de cession. Il appartient encore à Transports Canada », souligne Mme Daris.

En divisant les 300 millions de dollars accordés aux 16 ports qui font partie du programme, c'est un peu plus de 18 millions de dollars que chaque zone recevra. Ghislaine Daris affirme qu'elle ne sait pas encore comment ces sommes seront utilisées.

« On a des rencontres de prévues avec le ministère de l'Économie. On va aussi voir les projets qui vont se présenter à Cacouna en lien avec le port. C'est beaucoup de travail qui s'en vient et on va travailler fort », mentionne la mairesse.

Par exemple, le projet de rampe d'accès pour roulier Ro-Ro, qui permettrait aux camions semi-remorques de pouvoir transiter par Cacouna, pourrait voir le jour plus rapidement.

« C'est le gros projet. Mais tant que Transports Canada est propriétaire du port, c'est un projet qui va se faire en lien avec eux. Il faut avoir leur autorisation », souligne Mme Daris.

Et quand on lui demande si les choses ne seraient pas plus simples si le gouvernement du Québec devenait propriétaire du port, Ghislaine Daris confirme que l'intérêt est toujours là. « Jean D'Amour dit que le gouvernement a un intérêt à devenir propriétaire du port. Et si Québec en devient propriétaire, ça vient simplifier le travail pour bien des projets. Les négociations sont en cours entre Québec et Ottawa », conclut Mme Daris.

Plus d'articles

Commentaires