Retour

Zones industrialo-portuaires : le scepticisme de deux députés de l'opposition

Bien qu'ils se disent heureux pour les villes désignées récemment par Québec comme zones industrialo-portuaires, dont Rimouski, Matane, Gaspé, Sept-Îles, Port-Cartier et Baie-Comeau, deux députés de l'opposition, Martine Ouellet (PQ) et Donald Martel (CAQ) manifestent leur déception.

Un texte de Brigitte Dubé

Écoutez ici l'entrevue réalisée par Sylvie Aubut, à l'émission « Au coeur du monde »

Le ministre responsable de la Stratégie maritime, Jean D'Amour annonçait également une enveloppe de 300 millions de dollars sur cinq ans pour appuyer le développement de ces zones.

La députée péquiste et porte-parole de l'opposition officielle en matière de transports, de stratégie maritime, d'électrification des transports et de télécommunications, Martine Ouellet, juge que cette annonce n'est que de la poudre aux yeux.

Elle déplore le fait que le gouvernement fédéral, qui s'apprête à céder la propriété des ports, soit absent de la Stratégie maritime.

Elle ajoute que les 300 millions de dollars assortis à cette annonce ne peuvent pas remplacer l'argent que le gouvernement canadien doit investir.

Pas d'annonce concrète, déplore la Coalition Avenir Québec

De son côté, le porte-parole du deuxième groupe d'opposition en matière de Stratégie maritime et responsable des régions du Bas-Saint-Laurent et Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, Donald Martel, de la Coalition Avenir Québec (CAQ), mentionne que la Stratégie maritime est inspirée en grande partie du livre de son chef, François Legault.

Il se dit déçu de n'avoir entendu aucune annonce concrète.

« Le ministre, fait remarquer M. Martel, a déplacé les maires de partout au Québec, trois ministres, et une partie de la fonction publique pour annoncer une chose qu'on connaissait déjà. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine