Retour

200 patients du CHUS devront faire ajuster leur médication par des pharmaciens

Les dossiers de 200 patients qui doivent prendre des anticoagulants seront progressivement transférés aux pharmaciens. Le CIUSSS de l'Estrie CHUS peut transférer ces dossiers depuis l'adoption de la loi 41 qui permet aux pharmaciens d'exercer sept nouveaux actes médicaux. De plus, le service n'est plus automatiquement gratuit.

Un texte de René Cochaux

Pour certains pharmaciens, il s'agira d'une tâche intéressante, mais d'une tâche supplémentaire malgré tout.

Le service donné par les pharmaciens n'est pas couvert par l'assurance-maladie. Il y aura donc un coût pour les patients : 16 dollars par mois qui seront en partie remboursés par les assurances privées ou le régime d'assurance médicaments du Québec.

L'Ordre des pharmaciens du Québec (OPQ) affirme que ses membres sont maintenant prêts à prendre le relais des hôpitaux pour la prise en charge des prescriptions de certains patients. Les pharmaciens peuvent maintenant ajuster la médication des personnes qui ont besoin d'anticoagulants, qui souffrent de migraines, de diabète ou d'hypertension.

Selon Bertrand Bolduc, président de l'OPQ, la plupart des gens se rendent à l'hôpital pour faire ajuster leur prescription alors que ce n'est pas nécessaire. Les pharmaciens ont la compétence pour exercer ce travail et les patients évitent ainsi d'utiliser inutilement des ressources dans les hôpitaux, selon lui, « les pharmaciens peuvent aisément prendre le relais ».

Monsieur Bolduc reconnaît que la tâche des pharmaciens est accrue, mais indique que ses membres confient certaines tâches aux aides-techniciens afin d'accorder plus de temps aux personnes qui ont recours à leurs services pour modifier leur médication.

Plus d'articles

Commentaires