Retour

2017, une bonne cuvée pour les vins québécois en épicerie?

Il y a un peu plus d'un an, des nouveaux venus ont fait leur apparition sur les tablettes des épiceries de la province: les vins québécois. Même si les producteurs du coin lèvent leur verre à cette initiative, il reste encore du chemin à faire avant de déboucher le champagne.

Le copropriétaire du vignoble Le Cep d’Argent à Magog, Jean-Paul Scieur, s’est lancé à pied joint dans l’aventure. « On a vu que ça prenait quand même un effort pour avoir des scores intéressants en terme de ventes dans les épiceries », avoue-t-il lorsqu’il repense à ses débuts.

Six mois plus tard, lui et son équipe ont mis les bouchées doubles. Le vigneron distribue maintenant ses produits dans 120 épiceries de la région. « À partir du mois de septembre, on a mis une équipe de six à sept personnes pour faire des dégustations dans les épiceries », ajoute-t-il.

Le jeu en a valu la chandelle. Seulement en novembre et en décembre dernier, Jean-Paul Scieur a vendu 8600 bouteilles de vins dans les épiceries. « Je pense que ce coup-ci on a un bon marché devant nous », s’exclame-t-il.

Le défi des vignerons est maintenant de fournir les épiceries à l’année longue, en plus de leur propre boutique et des SAQ.

L’intérêt du local

Le propriétaire de l’épicerie IGA de Cookshire se réjouit de l'initiative. Gilles Denis salue le regain de popularité des produits locaux. « Les gens sont très ouverts à acheter local et c’est important d’insister là-dessus », affirme-t-il.

Un an plus tard, il ne manque plus qu’un coup de pouce publicitaire pour bien faire connaître les produits du terroir.

« Cette année je n'ai pas senti cet élan-là au niveau publicitaire et je pense qu'il le faut vraiment, explique Gilles Denis. Il faudrait davantage caractériser nos sections pour qu'on puisse se supporter. »

Plus d'articles