Retour

50 ans de Carnaval à Sherbrooke : entre souvenirs et records

Le Carnaval de Sherbrooke célèbre ses 50 ans cette année. Un anniversaire qui serait impossible à souligner sans la collaboration de 275 bénévoles, année après année. Pour raconter l'histoire de cet événement, qui prend son envol vendredi, ICI Estrie s'est entretenu avec deux de ses pilliers.

Un texte de Carl Marchand

Ensemble, le président du conseil d'administration, Richard Caron et le bénévole de longue date, Maurille Robidas, cumulent 76 ans d'expérience dans l'organisation du carnaval.

« On ne compte plus », disent les deux amis qui se sont rencontrés lors d'une partie de hockey, au tournant des années 1980. La fête hivernale est alors l'un des événements les plus courus de l'année dans la ville de Fleurimont.

Armés de nombreux albums photos, les deux amis détiennent une quantité inépuisable de souvenirs à partager.

Le record brisé

À travers tous les faits d'armes du carnaval, le labyrinthe géant occupe une place unique.

« Celle-là, c'est en 1997. François Belleau avait fabriqué un labyrinthe en neige. Il avait gagné un record Guinness avec ça, se rappelle Richard Caron. Le monde se perdait. On avait installés deux nacelles pour dire aux gens comment revenir. »

« Ils seraient morts dans un coin sinon! » ajoute Maurille Robidas, en riant.

Le record manqué

Quelques années plus tard, en 2000, le même dénommé Belleau souhaite briser un autre record, se souviennent les deux bénévoles : celui du plus gros feu de camp extérieur. Il voulait ériger une structure de bois de dix mètres de large et de plusieurs dizaines de mètres de hauteur.

On ne le laissera jamais craquer l'allumette nécessaire à l'embrasement : une intervention du Service incendie ayant freiné ses aspirations de record du monde.

« Le bois était arrivé sur le site. Je suis resté pris avec ça pendant des semaines », rigole Maurille Robidas, qui était alors directeur des Loisirs pour la Ville de Fleurimont.

« J'aimais mieux le record du labyrinthe », rétorque simplement Richard Caron.

Les concours de sculptures

Parlant de neige, si quelque chose manque à Richard Caron et Maurille Robidas dans les éditions récentes, c'est bien le concours de sculptures sur neige. 

« Ça toujours été une des marques de commerce », affirme fièrement M. Caron. « Les commerçants envoyaient leurs employés pour participer », rappelle M. Robidas.

Le fameux concours a été délaissé pour se concentrer sur des activités pour toute la famille. « On va revenir avec les sculptures un jour. Ça pique la curiosité », prévient Richard Caron.

Bonhomme, Charest, Gagnon-Tremblay et compagnie

Le Carnaval de Fleurimont, était évidemment couru par les politiciens. Un passage obligé pour Jean Charest.

« Ça c'était en 1998, quand il était encore au fédéral », de dire Maurille Robidas.

On le voit notamment en compagnie de Bonhomme et du maire de Fleurimont de l'époque, Francis Gagnon.

En 1991, la députée de Saint-François, Monique Gagnon-Tremblay, ministre des Communautés culturelles et de l'Immigration dans le gouvernement Bourassa ne manque pas le détour. 

« Elle était venue participer à la soirée casino », indique Richard Caron.

On la voit ensuite avec Julien Ducharme, alors maire de Fleurimont, sous le regard attentif de la reine du Carnaval.

Et maintenant?

Maurille Robidas a délaissé l'organisation du Carnaval au tour des années 2000, mais vient encore donner son coup de main. Richard Caron, lui, se donne encore quelques années avant de passer le flambeau.

On vous souhaite quoi maintenant pour la 50e édition?

« Du beau temps, de la neige et les visiteurs vont être au rendez-vous », lance simplement Richard Caron.

« Que Richard m'appelle pour aller l'aider. Je vais y aller! » répond pour sa part Maurille Robidas.

Le Carnaval de Sherbrooke aura lieu du 26 au 28 février.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards