Retour

50 bougies pour la Faculté de médecine de l'Université de Sherbrooke

La Faculté de médecine de l'Université de Sherbrooke célèbre ses 50 ans en cette période de rentrée universitaire. D'une minuscule unité d'enseignement construite au milieu d'un champ, l'établissement accueille désormais plus de 4000 étudiants.

Dans les années 1960, à l'instar d'autres universités du Québec, l'Université de Sherbrooke souhaitait fonder sa propre faculté de médecine. Le gouvernement pose alors une condition : la faculté devra être construite dans un ancien asile psychiatrique abandonné situé loin du centre-ville de Sherbrooke et de la colline universitaire. 

Un véritable « squelette de béton », raconte Pierre Cosette, l'actuel doyen de la faculté de médecine et des sciences de la santé. Malgré le désarroi de l'administration de l'époque, elle accepte l'offre gouvernementale. En 1966, la première cohorte de 26 étudiants, dont trois femmes, commencent ses cours.

Les professeurs permanents se comptent alors sur les doigts d'une main et l'hôpital universitaire était encore en construction. « Tout était à bâtir à ce moment-là », se souvient le Dr Marek Rola-Pleszczynsky, l'un des étudiants de cette première cohorte.

Compétion entre les universités

Les autres établissements universitaires voient d'un mauvais oeil l'arrivée de ce nouveau venu dans le monde de l'enseignement de la médecine.

« Dans le reste de la province, on n'était pas sûr que Sherbrooke survivrait. Pendant plusieurs années, on disait qu'il y avait une faculté de trop et que Sherbrooke, la nouvelle, était peut-être pas nécessaire », raconte-t-il.

Le temps a toutefois fait mentir les détracteurs. Un demi-siècle plus tard, le Dr Marek Rola-Pleszczynsky enseigne à l'endroit même où il était autrefois sur les bancs d'école.

Avec les années, les sciences de la santé se sont aussi greffées à la faculté de médecine. Il y a désormais plus d'une centaine de programmes liés à la santé au sein de la Faculté. 

Les sciences infirmières en tête

Si les méthodes d'enseignement changent, les étudiants aussi. L'Université de Sherbrooke a ajouté un baccalauréat en sciences infirmières. Le nombre d'étudiants de ce programme surpasse désormais celui des futurs médecins.

« Ça répondait à un besoin des hôpitaux de l'Estrie et de la Montérégie, explique Pierre Cosette. C'est un choix fait il y a cinq ans afin de répondre aux besoins de la population, car le réseau de la santé manquait d'infirmières bachelières »

Cette semaine, 200 étudiants débutent leur formation au doctorat en médecine. Si la philosophie d'enseignement et la révolution numérique de la Faculté ont pesé dans la balance, plusieurs de ces apprentis médecins ont choisi l'Université en raison de sa formation de quatre ans plutôt que cinq ans comme l'offre la plupart des autres universités du Québec. 

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine