Retour

600 enseignants de la région de Granby en grève

Près de 600 enseignants de la Commission scolaire du Val-des-Cerfs, accompagnés de parents, participent à une manifestation à Montréal organisée par la Fédération autonome de l'enseignement. Les membres de ce syndicat sont en grève mercredi pour dénoncer la lenteur des négociations pour le renouvellement de leur convention ainsi que les offres du gouvernement qu'ils qualifient de scandaleuses.

Le syndicat local prétend que les propositions de Québec auront un impact sur la qualité de l'enseignement et sur les services aux élèves. « Actuellement, ma fille ne peut plus enseigner. Elle pleure tous les "christies" de vendredis. Je me suis habillée chaudement pour pouvoir "tougher" toute la journée parce que je n'ai jamais été aussi convaincue de l'effet que peuvent avoir les compressions chez les enseignants et chez les enfants qui ne sont pas capables d'apprendre dans un tel contexte », a raconté, avec émotion, une enseignante, Claire Bergeron. 

« Ce que nous dénonçons, c'est le dépôt patronal et le gouvernement qui a été très méprisant dans ses demandes. On dénonce le fait que ça n'avance pas aux tables de négociations. On veut que ça bouge! On provoque du mouvement. La journée d'aujourd'hui est en lien avec tout ça », explique le président du Syndicat de l'enseignement de Haute-Yamaska, Éric Bédard.

À écouter : entrevue avec le président du Syndical de l'enseignement de Haute-Yamaska

Des étudiants de deux facultés de l'Université de Sherbrooke prendront également part à cette manifestation.

Les enseignants de la Commission scolaire du Val-des-Cerfs seront de retour au travail demain.

Les autres écoles ne sont pas en grève

La grande majorité des enseignants du territoire couvert par ICI Estrie ne participeront pas à la journée de grève qui se tient mercredi dans d'autres régions du Québec. Seuls ceux de la Commission scolaire du Val-des-Cerfs se joindront à leurs collègues de la Fédération automone de l'enseignement (FAE). Environ 275 000 enfants qui fréquentent des écoles francophones de Montréal, de Laval, de la Rive-Nord, de l'Outaouais et de la région de Granby sont touchés par cette grève.

La grève prévue mercredi est organisée par la Fédération autonome de l'enseignement. Les enseignants des commissions scolaires de l'Estrie et du Centre-du-Québec, eux, sont affiliés à une autre organisation, le Front commun.

Les enseignants de la région se sont toutefois récemment prononcés en faveur de la tenue de six journées de grève à tenir au moment opportun. On ne connaît pas encore les dates ciblées. Toutefois, selon le Code du travail, les enseignants doivent aviser leur commission scolaire au moins sept jours avant la journée où doit se tenir une grève.

Pour prévenir la confusion, la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke, des Hauts-Cantons, des Chênes et des Bois-Francs ont tout de même publié un message sur leur page Facebook aujourd'hui pour préciser que leurs écoles ne seront pas touchées par la grève de mercredi. La Commission scolaire des Sommets a émis un communiqué.

Le débrayage des enseignants de mercredi touchera surtout la grande région de Montréal.

La FAE, qui représente environ le tiers des enseignants de la province, soit 34 000 professeurs, a décidé d'exercer son droit de grève le 30 septembre. Le syndicat prévoit tenir une grande manifestation à Montréal afin de mettre de la pression sur le gouvernement en vue du renouvellement de la convention collective. Du même coup, ils souhaitent dénoncer les compressions en éducation.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine