Retour

À 100 jours des Jeux de Rio : Isabelle Charest assure que le CIO est prêt

Malgré la tourmente qui a secoué le Comité olympique canadien au cours des derniers mois, la chef de mission adjointe pour l'équipe canadienne olympique, Isabelle Charest, assure que la délégation sera prête pour les Jeux olympiques qui auront lieu à Rio, au Brésil, du 5 au 21 août prochain. 

C'est la Bromontoise qui remplace Jean-Luc Brassard, qui a démissionné la semaine dernière parce qu'il sentait qu'il n'avait plus la légitimité pour conduire la délégation canadienne aux Jeux de Rio après avoir fait pression sur le Comité olympique canadien (COC) sur sa gestion de l'affaire Marcel Aubut. « Tout s'est passé rapidement. Il y a beaucoup de choses à mettre en place d'ici le jour J. Ça s'est bien passé. J'apprivoise mon rôle et tout ce que ça implique », a-t-elle raconté au micro de C'est pas trop tôt en Estrie

C'est avec confiance qu'elle prend la relève.

Un grand rôle

Le nouveau travail de la médaillée olympique est grand. « J'ai un rôle qui est un peu celui de porte-parole de la délégation canadienne. J'assure le leadership de l'équipe avec Curt Harnett qui est le chef de mission et Carole Huynh, qui occupe le même poste que moi. Ce qu'on fait, c'est d'amener une certaine cohésion entre ce qui est fait et ce qui est optimal pour la préparation des athlètes. On amène une vision d'anciens olympiens à la délégation. On met un peu notre couleur à la délégation aussi. »

Même si les Olympiques seront présentés dans 100 jours, il reste encore beaucoup à faire. « Il y a certains athlètes qui sont déjà qualifiés pour les Jeux et plusieurs autres qui ne le sont pas encore. Ils sont encore dans cette étape de qualification qui est primordiale, mais aussi qui amène beaucoup de fébrilité. C'est probablement l'étape la plus sensible pour un athlète. La sélection, c'est critique. Ceux qui sont déjà qualifiés, c'est de fignoler leur préparation. Le gros du travail, c'est d'entrer dans leur bulle et de finaliser les derniers détails », raconte l'ex-patineuse de vitesse. 

Pour l'instant, Isabelle Charest refuse de fixer un objectif quant au nombre de médailles qu'espère remporter le Canada. « On n'a pas d'objectif en terme de médailles, mais on souhaite se classer parmi les 12 premières nations. On ne sait pas vraiment combien de médailles ça se représente parce que ça varie d'une olympiade à une autre. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine